Back to Top Faites de la bienveillance envers soi un mode de vie : cinq conseils pour démarrer - L'Hôpital d'Ottawa
 

Faites de la bienveillance envers soi un mode de vie : cinq conseils pour démarrer

 
Sand heart symbol

« Il faut être gentil », nous a-t-on dit depuis notre enfance.

Mais depuis deux années stressantes, cela est plus facile à dire qu’à faire.

« Nous éprouvons tous un stress chronique depuis deux ans et cela change notre système de réaction au stress », explique Kerri Ritchie, Ph.D., psychologue clinicienne et psychologue de la santé, coordonnatrice de la pratique professionnelle en psychologie à L’Hôpital d’Ottawa. « Tout semble plus gros, même les petites contrariétés, parce que notre système de réaction aux menaces cherche des dangers partout. Si cela nous a protégés pendant la pandémie, nous ne sommes pas faits pour être gentils lorsque nous nous nous sentons menacés. »

Un tableau dans un bureau
Ce tableau se trouve dans le bureau de Catherine Youngson. « Cette image est pour moi un refuge mental où je peux me ressourcer et pratiquer la pleine conscience. »

Selon Kerri Ritchie, un retour sur soi est une façon d’indiquer à notre système que nous ne sommes pas menacés. Avant d’être bienveillant envers les autres, il faut l’être envers soi.

La bienveillance envers soi est essentielle au bien-être mental global. Se traiter avec gentillesse aide à réduire le stress dans notre vie, mais cela favorise notre compassion, une émotion puissante qui nous permet de faire preuve d’empathie envers les autres et qui nous motive à leur prêter main-forte. Dans un monde bien éprouvé, il est particulièrement important de montrer de la compassion.

La gentillesse envers soi est une réalité différente pour chacun. Mais dans ses grandes lignes, elle consiste à améliorer notre santé et à veiller à notre mieux-être en pratiquant des autosoins, à créer un système de soutien en renforçant nos liens avec des personnes qui nous veulent du bien et à trouver le juste équilibre entre la vie personnelle et le travail en se réservant du temps pour les loisirs.

Les professionnels de la santé à L’Hôpital d’Ottawa sont bienveillants envers eux-mêmes dans de petites choses au quotidien, ce qui les aide à gérer le stress inhérent à leur métier et à alimenter la compassion pour leurs patients – les deux choses étant essentielles pour offrir des soins de qualité.

Vous aimeriez être plus bienveillant envers vous-même? Voici quelques manières dont des membres de notre personnel soignant ont fait de la bienveillance envers soi un mode de vie…

Le plaisir d’un petit cadeau chaque jour

Kerri Ritchie, Ph.D., psychologue clinicienne et de la santé

« En ce moment, ce sont les calendriers de l’Avent qui me font plaisir, car j’aime avoir une petite surprise chaque jour. Je les ai achetés en solde à la fin de décembre! dit-elle. Et comme les glucides sont bons, je mange du macaroni au fromage. Ces deux choses me rappellent de beaux souvenirs d’enfance. »

Même s’il est vieux d’un mois, un calendrier de l’Avent peut faire toute la différence pour se remonter. L’objectif est de trouver quelque chose qui nous donne un peu de joie chaque jour.

Des photos de sa ville natale et un peu de fantaisie

Catherine Youngson, directrice de programme, Accès et cheminement des patients

« Je choisis de trouver de la joie dans de petites choses chaque jour. Pendant la pandémie, je ne pouvais pas aller voir ma famille dans le Nord ontarien. Je mettais donc des photos de ma ville d’origine comme fond d’écran dans Microsoft Teams et cela me réconfortait. Aussi, je suis connue pour le style fantaisiste de mon bureau. Le rose ne réjouit peut-être pas tout le monde, mais pour moi, cela fonctionne. 

Et il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du chocolat. J’en ai toujours dans un bol dans mon bureau pour les moments où j’ai (ou que les autres ont) besoin d’un petit remontant. »

Fortifier le corps et l’esprit

Ellen Alie, directrice, Imagerie médicale

« Chaque fois que je suis un cours de yoga, je prends soin de moi-même. Que je tente de tenir une pose plus longtemps, de gagner en force et en souplesse ou de me concentrer sur ma respiration, le yoga me permet de veiller à ma santé physique et mentale. »

Réaliser le rêve

Geneviève Côté, gestionnaire, Relations avec les patients

« Au 18e mois de la pandémie, j’avais besoin de quelque chose pour me remonter le moral. J’ai donc pensé à réaliser un rêve : apprendre à faire de l’aviron et faire partie d’un équipage. Comme j’ai grandi dans une ville du nord sans littoral, je ne pouvais pas m’adonner à ce sport pendant ma jeunesse. Pour mon anniversaire, j’ai reçu un appareil d’aviron et je m’entraîne tous les jours depuis. Le club d’aviron n’acceptait pas de novices l’an dernier, mais je me croise les doigts pour ce printemps!

« De plus, j’ai vécu une expérience nouvelle en acceptant une invitation à faire partie d’un club de lecture! Le sentiment d’appartenance dans un club comptant peu de membres et le fait de réaliser des activités intéressantes avec des personnes que j’aime me procurent mentalement la même sensation qu’appliquer de l’aloès sur un coup de soleil! »

Profiter de son patrimoine culturel

Mackenzie Daybutch, coordonnatrice, Programme de cancérologie pour les Autochtones

« Je me remémore les enseignements ojibwés des sept grands-pères : respect, humilité, sagesse, amour, bravoure, honnêteté et vérité. Je fais des rites de purification avec des remèdes autochtones pour garder l’équilibre mental. J’aime aussi courir et jouer avec ma fille! Elle m’aide à garder le moral et à me rappeler d’apprécier les petites choses dans la vie. »

Vous avons-nous donné des idées? Un sourire suffit!

Nous espérons vous avoir inspiré un peu. Même si nous vous avons simplement fait sourire, nous aurons atteint notre objectif! 

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Aide de service : Un point d’entrée dans une carrière en santé

Les aides de service aux patients appuient nos équipes de soins et accompagnent nos patients. C’est un rôle difficile, mais qui peut aussi être source d’inspiration, comme vous le diront Jasmine, Keith et Ricardo. Passionnés à l’idée d’aider les autres et guidés par leurs mentors, tous ont décidé de poursuivre une formation pour amorcer une carrière en soins de santé.

Le nouveau titulaire de la Chaire de recherche en santé des hommes gais veut éliminer les obstacles aux soins

Comme chercheur et homme gai, le Dr Paul MacPherson sait trop bien à quels préjugés les hommes gais se butent souvent dans le système de santé. Maintenant, comme titulaire de la Chaire de recherche clinique en santé des hommes gais à L’Hôpital d’Ottawa et à l’Université d’Ottawa, il a entrepris de rendre les soins de santé de qualité plus accessibles à cette population souvent oubliée.

« Je sculpte pour rendre les gens heureux. »

Conducteur de navettes à L’Hôpital d’Ottawa, Bill Nauffts sait que le respect de l’horaire peut littéralement faire la différence entre la vie et la mort, mais c’est ce qu’il crée pendant ses pauses qui procure tant de satisfaction personnelle et de plaisir collectif.

Donner un rein de son vivant n’a jamais été aussi facile et Trina et Antonio en sont la preuve

D’habitude, le donneur vivant d’un rein doit se soumettre à une batterie d’examens étalés sur plusieurs mois. Or, Trina a pu les faire presque tous en seul jour dans le cadre d’un nouveau programme à L’Hôpital d’Ottawa. Trina raconte son expérience de donneur vivant et la façon dont le nouveau programme a facilité son don de vie à son frère.

Après 31 ans de service, Stefan Mayer rangera bientôt sa blouse bleue de bénévole

Depuis plus de 30 ans, le photographe bénévole Stefan Mayer capture des moments marquants de la vie à L’Hôpital d’Ottawa, des photos de cérémonies de remise de prix aux photos de nouveau-nés. À l’approche de son 97e anniversaire, il laissera bientôt derrière lui un legs remarquable lorsqu’il prendra sa retraite en tant que bénévole, un peu plus tard cet automne.

L’équipe de soins de santé mentale de L’Hôpital d’Ottawa s’agrandit pour répondre à la nécessité d’améliorer l’accès aux soins

Nous entendons quasiment tous les jours que les membres de notre collectivité doivent avoir un meilleur accès aux soins de santé mentale. Depuis octobre 2020, L’Hôpital d’Ottawa a recruté 20 nouveaux psychiatres afin de faire face à cette demande sans cesse croissante. Dans cet article, faites la connaissance de quatre des nouveaux membres de notre équipe qui proviennent du monde entier.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.