Back to Top Entre un accident d’auto et le Prix du bénévole exceptionnel : le long parcours d’un patient - L'Hôpital d'Ottawa
 

toh

Entre un accident d’auto et le Prix du bénévole exceptionnel : le long parcours d’un patient

 
Erin Murphy, Volunteer

Erin Murphy, récipiendaire du Prix du bénévole exceptionnel, raconte son expérience et parle de l’importance du projet de vérification et de description des tâches de bénévoles.

Les gagnants ne lâchent jamais. Ils s’adaptent à une nouvelle vie, à une nouvelle réalité.

Après avoir subi de terribles blessures dans un accident, c’est justement ce qu’a fait Erin Murphy, récipiendaire du Prix du bénévole exceptionnel de L’Hôpital d’Ottawa cette année. Immobilisée à un feu rouge, la voiture d’Erin a été emboutie à l’arrière en 2010, le coinçant entre deux véhicules. Ainsi commençait son long parcours vers une nouvelle réalité.

« Je n’aurais jamais imaginé qu’un accident, des lésions cérébrales et cinq années de réadaptation m’amèneraient à devenir un bénévole et un membre à part entière de la grande équipe de l’Hôpital », avoue-t-il.

L’Hôpital d’Ottawa a aidé Erin à reconstruire sa vie – d’abord grâce aux soins médicaux, puis grâce au rôle bénévole qui lui permet d’améliorer à son tour les soins offerts aux autres patients.

En raison de lésions graves au cerveau, Erin compose avec des maux de tête, des problèmes d’équilibre et de coordination, de la fatigue, des troubles du sommeil, une sensibilité à la lumière, au bruit et au mouvement, des acouphènes et la désorientation. Il n’a pas séjourné longtemps à l’Hôpital, mais il a passé beaucoup de temps aux trois campus à titre de patient externe.

À l’été 2015, Erin est devenu bénévole. Il ne pouvait travailler que quelques heures, une fois par semaine, dans des conditions spéciales. Mais son travail dans le domaine de la réadaptation professionnelle lui a donné la chance d’être actif et de surmonter ses limites cognitives. Le bénévolat lui a permis de combler ses lacunes et d’établir une routine pour se créer une « nouvelle réalité ».

« L’accident a changé ma vie, confie Erin. J’ai perdu de nombreuses capacités cognitives et physiques, mais aussi mes habitudes, ma carrière et mes pairs. Le fait d’accomplir un travail utile au sein d’une équipe me manquait. Le bénévolat m’a permis de retrouver tout cela. Ce n’était pas seulement pour ma propre santé, mais pour le bien-être collectif. Le bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa a changé beaucoup d’aspects de ma vie et m’a aidé à accepter et même à aimer ma nouvelle réalité. »

L’Hôpital d’Ottawa compte sur environ 1100 bénévoles pour améliorer les soins aux patients et incarner sa vision, sa mission et ses valeurs. Et, comme pour les employés, il est important que les bénévoles accomplissent leur travail en toute sécurité. Sans mesures de contrôle adéquates, les bénévoles risquent d’exposés à des dangers pour leur santé et leur sécurité, comme des virus, des bactéries, des produits chimiques, des chutes et des attaques physiques ou verbales.

Erin s’est joint au projet de création de listes de vérification et de descriptions des tâches des bénévoles, qui visait à améliorer les protocoles de sécurité et à définir des marches à suivre pour chaque poste de bénévole, aux trois campus. Après avoir reçu une formation du ministère du Travail de l’Ontario, Erin a évalué plus de 30 postes de bénévoles en fonction de 10 à 12 critères chacun pour déceler tout élément non sécuritaire. Ensuite, il a rédigé des procédures de travail sécuritaire qui ont entraîné la modification de certaines tâches, fonctions et responsabilités.

« Erin a progressé et s’est épanoui, tout en nous aidant dans notre planification stratégique, explique Sherri Daly, gestionnaire, Ressources bénévoles. Il a pris la tête de notre équipe de présélection pour concevoir nos processus, entre autres. Il est formidable. »

Pour cette contribution remarquable en tant que bénévole et son souci de protéger ses collègues, Erin mérite bien le Prix du bénévole exceptionnel.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Ces bénévoles transforment chocolats et peluches en appareils d’IRM

Nous savons tous qu’un cadeau a le pouvoir de faire plaisir à celui qui le reçoit. Mais saviez-vous que les cadeaux que vous achetez à l’une de nos boutiques de cadeaux avaient aussi le pouvoir de nous aider à acheter de précieux équipements médicaux? Nos boutiques sont tenues par un groupe de bénévoles et d’employés des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa. Voici d’autres façons dont leurs efforts contribuent à apporter des changements utiles.

Après un accident qui a changé une vie, des bénévoles prouvent que l’amitié et la collectivité ont un puissant pouvoir guérisseur

En septembre 2021, un professeur invité s’est réveillé aux Soins intensifs de L’Hôpital d’Ottawa complètement seul. Il reconnaît que, sans soutien, il ne s’en serait pas sorti les premiers mois. Cela n’a pas été le cas grâce, en grande partie, à un groupe de bénévoles bienveillants qui sont restés à son chevet durant ces moments difficiles, et qui ne l’ont depuis plus quitté.

L’art qui guérit : félicitations aux gagnants du prix des arts TRIAS

Saviez-vous que l’art recèle le pouvoir de guérir? Cette année, L’Hôpital d’Ottawa et la Galerie d’art d’Ottawa ont lancé le prix des arts TRIAS afin de souligner le rôle d’artistes pour favoriser la guérison et le mieux-être. Nous avons récemment annoncé le nom des gagnants. Vous verrez leurs œuvres dans l’hôpital dès l’an prochain. Jetez-y un coup d’œil dès aujourd’hui.

Après 31 ans de service, Stefan Mayer rangera bientôt sa blouse bleue de bénévole

Depuis plus de 30 ans, le photographe bénévole Stefan Mayer capture des moments marquants de la vie à L’Hôpital d’Ottawa, des photos de cérémonies de remise de prix aux photos de nouveau-nés. À l’approche de son 97e anniversaire, il laissera bientôt derrière lui un legs remarquable lorsqu’il prendra sa retraite en tant que bénévole, un peu plus tard cet automne.

« Lorsque je me sentais seul, elles étaient là » : Célébrons la Semaine des soins infirmiers

En cette troisième année de la pandémie, des patients et des familles montrent par des témoignages personnels touchants de quelles manières les infirmières ont répondu à l’appel.

« L’Hôpital m’a accordé mon congé, mais  j’y suis revenu faire du bénévolat » : Maxime, ancien patient et codeur bénévole

Maxime Bilodeau a décidé de devenir bénévole à L’Hôpital d’Ottawa après un séjour aux unités de soins de courte durée et de réadaptation. « J’ai beaucoup remarqué le travail des bénévoles. Après ma sortie de l’hôpital, dès que j’ai pu le faire, j’y suis devenu bénévole », explique Maxime.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.