Back to Top Histoires de zoothérapie | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 
sous-menu
Bannière Je suis là pour vous Bannière Je suis là pour vous

Histoires de zoothérapie

Partager :
 
Caileigh, the virtual therapy dog.

Partie 1

« Par une chaude journée d’été, nous traversions un stationnement pour entrer dans l’hôpital quand soudain, Caileigh a insisté pour se diriger vers une famille rassemblée devant une voiture – son insistance était inhabituelle.

Nous nous sommes donc approchées de la famille et j’ai remarqué qu’une des femmes pleurait. Or, elle était ravie de l’arrivée de Caileigh et m’a demandé si ma chienne avait senti son besoin de réconfort. Je ne sais pas, mais ce dont j’étais certaine c’est qu’une connexion spéciale est survenue à ce moment.

Ensuite, la femme m’a demandé de rendre visite à son mari hospitalisé. Je me rendais justement à l’unité en question! Rendue dans la chambre du mari, j’y ai trouvé un homme dans un état de démence avancé. Muet et coupé du monde, il n’avait pas prononcé un mot depuis trois ou quatre jours.

Je me suis approché de lui avec Caileigh et lui ai demandé s’il voulait rencontrer ma chienne. Il est resté de marbre. Attristée, j’ai suggéré que nous passerions une autre fois. Alors que nous sortions de la pièce, une voix grave et retentissante a lancé : « Quel beau chien! ».

Caileigh venait de réussir là où des professionnels avaient échoué. Je n’oublierai jamais ce moment exceptionnel. Nous venions d’être témoin de la puissance naturelle du lien qui existe entre l’homme et l’animal. »

Partie 2

« Un jour que Caileigh et moi faisions des visites à l’Hôpital, un membre du personnel nous a avisés qu’un patient en particulier était déprimé et que la visite ne l’intéressera probablement pas.

Ayant rencontré ce patient lors de visites préalables, j’ai frappé à sa porte pour lui demander s’il voulait rencontrer un chien. Il a répondu en exigeant qu’on le laisse tranquille.

Dans sa chambre, les rideaux étaient fermés. La pièce était sombre et l’atmosphère lugubre. Alors que je m’éloignais avec Caileigh pour respecter les souhaits du patient, une autre personne qui traversait le corridor a lancé : “Oh, Caileigh! Quel plaisir de te voir!”

En entendant cela, le patient est sorti du lit à toute vitesse pour se précipiter vers nous avec enthousiasme. Il s’est exclamé qu’il ne savait pas que le chien en question était Caileigh. Puis, il s’est agenouillé pour la serrer fort contre lui. La scène était profondément émouvante.

Même si on ne connaîtra jamais sa véritable perception de la situation, Caleigh m’a donné l’impression d’avoir senti que sa présence était nécessaire pour remonter le moral et apaiser les cœurs. Elle a le plus beau métier au monde! »

Lisez comment Christine et Caileigh aident désormais les patients virtuellement.

Partie 3

Caileigh la chienne de thérapie

« Nous allions voir une dame âgée qui me racontait chaque semaine que son père lui avait apporté un petit chien dans sa poche. Elle s’en souvenait parfaitement, se remémorant chaque détail qui remontait à si loin – les sons, ce qu’elle a vu, les émotions. Elle se souvenait d’avoir mis la main dans la poche de son père et d’avoir senti la chaleur et le poil doux du chiot. Mais elle ne se rappelait pas de m’avoir raconté cette histoire de nombreuses fois.

La dame a fêté son 100e anniversaire pendant cette période. J’ai donc pensé qu’elle devait me raconter quelque chose qu’elle avait vécu 90 ou 95 ans plus tôt. Elle s’en souvenait si clairement et parfaitement, mais elle ne se rappelait pas d’événements beaucoup plus récents. Le lien avec un chien lui a permis de voyager dans le temps pour revivre un événement heureux et joyeux.

Nouer des liens est quelque chose de si puissant. Parfois, je crois que nous apportons une lumière dans l’obscurité et que Caileigh est peut-être capable de prendre part à une merveilleuse expérience vécue par ses amis humains. »

Partie 4

« Nous terminions notre visite à l’Hôpital un jour lorsqu’un membre du personnel nous a demandé de passer quelques minutes avec un patient qui était récemment arrivé. Nous avons aperçu derrière le rideau un homme qui avait envie de parler des chiens qu’il avait connus et aimés. 

Il a caressé la tête de Caileigh, assise près de lui et semblant entendre ses histoires. Après un brin de conversation, nous avons parlé un peu de ce qui avait amené l’homme à l’hôpital ce jour-là. Il m’a dit que le “grand jour” approchait. Il parlait de l’aide médicale à mourir. 

L’homme avait pu se prévaloir de l’aide médicale à mourir et avait organisé l’événement qui devait se dérouler chez lui dans quelques jours. Il y aurait des boissons et de la nourriture et ses proches allaient pouvoir venir lui dire adieu. Une fois ceux-ci partis, sa vie serait terminée. 

Voyant que l’homme se fatiguait, j’ai proposé de le laisser pour qu’il puisse se reposer. Il a pris la tête de Caileigh dans ses mains et a dit : “Je suis si heureux d’avoir pu passer du temps avec toi aujourd’hui.”

Au milieu de sa souffrance, ses jours comptés, cet homme a trouvé de la joie grâce à la présence d’un chien. Les mots me manquent pour exprimer le grand privilège d’avoir vécu ce moment. »

Pour en savoir plus sur l’aide médicale à mourir à L’Hôpital d’Ottawa.

Boni!

Happy la chienne de thérapie et et sa propriétaire Joanne

Cette histoire supplémentaire nous vient de Joanne Rodger, bénévole, au sujet de son chien de thérapie, Happy.

Joanne a écrit :

« Je me souviens d’une journée en particulier pendant ma visite habituelle à l’Urgence avec Happy. Il y avait là un homme en extrême détresse. Il semblait très déprimé et anxieux et le personnel n’arrivait pas à le calmer, malgré tous ses efforts.

Je me suis donc assise avec Happy près de cet homme, qui a immédiatement commencé à s’occuper du chien. Il m’a raconté ses problèmes. Il aimait beaucoup flatter Happy et s’est mis à se vider le cœur pendant qu’il le faisait. Nous avons eu une merveilleuse conversation tandis que lui et Happy s’amusaient ensemble. 

L’homme a fini par se calmer et sourire. J’ai senti que c’était le moment de partir. Il m’a remercié pour ma visite et m’a dit que cela lui avait fait un bien immense. Cela m’avait aussi fait beaucoup de bien. Happy est un chien spécial. Il a eu un effet magique ce jour-là. »

Merci à tous d’avoir lu cette série spéciale sur la différence que font les chiens de thérapie dans la vie des gens!

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*