Back to Top Des professionnels en santé mentale et des ambulanciers font équipe pour répondre à des urgences en santé mentale - L'Hôpital d'Ottawa Website scanner for suspicious and malicious URLs
 

toh

Des professionnels en santé mentale et des ambulanciers font équipe pour répondre à des urgences en santé mentale

 
Cindy Gill, social worker with The Ottawa Hospital, and Scott Farrell, primary care paramedic with the Ottawa Paramedic Service.

Un appel entre au 911. Scott Farrell, ambulancier formé en soins primaires, se rend sur les lieux et évalue la patiente.

Physiquement, elle va bien. Scott s’en est assuré. Elle est toutefois submergée par le stress et exprime des pensées suicidaires.

Scott est généralement accompagné d’un autre ambulancier, mais aujourd’hui, il roule aux côtés d’une travailleuse sociale de L’Hôpital d’Ottawa qui est spécialisée dans le counseling en cas de crise.

« J’ai fait une évaluation pour déterminer s’il était sécuritaire de la laisser rentrer chez elle », précise Cindy Gill, partenaire de Scott pour la journée. « J’ai ensuite validé ce qu’elle ressentait et offert un soutien émotionnel. J’ai aussi discuté avec elle de façons de s’adapter à la situation. Comme elle souffre de problèmes chroniques de santé mentale, elle est suivie par un gestionnaire de cas. Je l’ai contacté. J’ai également contacté l’équipe de conseillers en cas de crise de L’Hôpital d’Ottawa pour qu’ils puissent également la suivre. »

Il n’y a pas si longtemps, Scott n’aurait pas eu quelqu’un comme Cindy à ses côtés – et il n’aurait pas eu beaucoup d’options pour aider cette patiente. « Si je répondais à un appel lié à un problème de santé mentale, mon seul recours était d’amener la personne dans une urgence », explique‑t‑il.

Cindy et Scott sont membres de l’équipe d’intervention en santé mentale, qui est le fruit d’une collaboration amorcée en mars 2022 entre le Service paramédic d’Ottawa et l’équipe mobile de crise de L’Hôpital d’Ottawa, qui est composée de professionnels chevronnés en matière de santé mentale.

Sept jours sur sept, de 9 h à 21 h, une travailleuse sociale ou une infirmière autorisée (IA) de l’Équipe mobile de cris de l’Hôpital prend la route avec un ambulancier. Ensemble, ils répondent à des appels logés au 911 en raison d’un problème urgent de santé mentale dans la ville.

Véhicule de l’équipe d’intervention en santé mentale au quartier général du Service paramédic d’Ottawa
Le véhicule de l’équipe d’intervention en santé mentale ressemble à une ambulance et est rattaché au quartier général du Service paramédic d’Ottawa.

Offrir aux gens un soutien immédiat et un aiguillage vers des services de suivi

Lorsque l’équipe arrive sur le lieu d’un appel, l’ambulancier réalise d’abord une évaluation médicale pour s’assurer que la personne est stable sur le plan physique et n’a pas besoin d’aller à l’hôpital. Si elle n’a pas besoin de soins médicaux, il passe le relais à la travailleuse sociale ou à l’IA.

« Nous évaluons la santé mentale de la personne. Nous pouvons par exemple nous concentrer sur la sécurité si elle risque de se blesser ou de blesser d’autres personnes, poursuit Cindy. Nous lui apportons un soutien immédiat en lui parlant, en l’écoutant, en validant ce qu’elle ressent et en lui montrant qu’elle n’est pas prise toute seule avec ses problèmes.

Nous prévoyons aussi un plan de suivi, qui peut inclure l’équipe mobile de crise ou d’autres services communautaires comme un programme au Royal ou des organismes spécialisés en toxicomanie ou en counseling. Nous pouvons aussi communiquer avec son médecin de famille ou des amis et des membres de sa famille. Nous pouvons également appeler sa pharmacie pour vérifier si elle a besoin de renouveler une ordonnance. Parfois, la personne a véritablement besoin d’aller à l’urgence pour consulter un médecin afin d’obtenir des médicaments. »

Cindy prend des notes.
Cindy prend des notes avant de prendre la route.

Garder les ambulances sur la route et les gens hors des urgences

L’équipe d’intervention en santé mentale peut habituellement aider les gens directement sur le lieu de l’appel sans les amener à l’urgence. Ainsi, les ambulances demeurent libres pour répondre aux autres appels.

« Pendant un de mes premiers quarts de travail, nous avons répondu à un appel concernant une personne en proie à une crise de panique, ajoute Scott. Une équipe d’ambulanciers était déjà sur place. Nous avons évalué la personne et libéré les ambulanciers. Nous avons demandé à l’équipe mobile de crise de l’Hôpital d’aider la personne à consulter un médecin de famille. Peu de temps après, l’équipe d’ambulanciers que nous venions de libérer s’est rendue sur les lieux d’un arrêt cardiaque très grave. Elle a transporté le patient à l’hôpital, où il s’est complètement rétabli. Si nous n’avions pas pris en charge cet appel, ce patient aurait pu attendre beaucoup plus longtemps avant de recevoir des soins – et l’issue aurait pu être très différente. »

Depuis que l’équipe d’intervention en santé mentale sillonne les routes, environ 65 % des gens ont reçu des soins dans la collectivité, libérant ainsi les services urgences.

Cindy et Scott vérifient le véhicule.
Cindy et Scott vérifient le véhicule. L’intérieur est conçu spécifiquement pour aider des personnes qui vivent une crise de santé mentale.

Une expérience formatrice pour les ambulanciers

Scott fait jusqu’à cinq quarts de travail par mois au sein de l’équipe d’intervention en santé mentale. Voir les professionnels en santé mentale à l’œuvre sur le terrain lui a beaucoup appris sur la manière d’aider les personnes ayant des besoins en matière de santé mentale. Au cours des quarts de travail réguliers avec son partenaire à temps plein, il met souvent ces connaissances à profit.

« Je réponds à de nombreux appels de personnes en crise de santé mentale, poursuit Scott. Parfois, lorsque nous arrivons, la crise est terminée et les personnes se sentent calmes, mais elles n’ont pas de suivi. Je peux alors les renseigner sur certaines ressources, comme différents types de services de counseling, de services sociaux, de services de toxicomanie, ainsi que des ressources et des programmes pour les personnes en situation d’itinérance. Je ne peux pas les aiguiller directement comme le font les travailleuses sociales ou les IA, mais je peux quand même leur offrir de l’aide. »

Lors de l’évaluation d’un cas de suicide, Scott comprend mieux les signaux d’alerte à surveiller.

« Récemment, j’ai reçu un appel concernant un homme victime d’une surdose. Après quelques minutes de discussion avec lui, il m’est apparu évident qu’il avait tenté de se suicider, se souvient-il. J’en ai conclu qu’il n’était pas sécuritaire de le laisser rentrer chez lui et qu’il devait plutôt aller à l’hôpital. Grâce à tout ce que j’ai appris, l’intervention s’est déroulée en douceur et nous avons pu l’emmener à l’hôpital. »

Scott prend un appel.
Scott reçoit des renseignements sur une personne qu’ils aideront ce jour‑là.

Les appels qu’ils n’oublieront jamais

Tant pour Cindy que pour Scott, la partie la plus gratifiante du travail au sein de l’équipe est de voir de leurs propres yeux les résultats positifs qu’ils ont contribué à créer. Certains de ces appels resteront gravés dans leur mémoire pour le reste de leur vie.

« Je me souviens en particulier d’un appel au sujet d’une personne qui avait de jeunes enfants, confie Cindy. Elle avait envie de se suicider à cause d’événements très stressants dans sa vie. Nous l’avons aidée à réguler ses émotions, nous l’avons orientée vers nos partenaires communautaires en counseling et nous avons trouvé un plan de suivi adapté à ses besoins. Nous avons pu rester avec elle jusqu’à ce qu’une amie arrive pour s’occuper de ses enfants. Lorsque nous avons quitté les lieux, les enfants se rendaient au terrain de jeu. »

« Nous avons aussi eu un appel pour une personne souffrant d’anxiété, très confuse et en détresse. Nous avons fini par l’emmener à l’hôpital pour qu’elle reçoive des soins parce qu’il n’était pas sécuritaire de la laisser chez elle, se souvient Scott. Deux semaines plus tard, alors que je n’étais pas en service, j’ai pris ma voiture et je me suis retrouvé sur la route où vivait cette personne. Je l’ai vue en compagnie de son partenaire assis sous le porche. Ils avaient tous les deux l’air très heureux. Ça m’a fait plaisir de voir que cette personne allait beaucoup mieux et semblait s’épanouir. »

Cindy et Scott dans le véhicule

Services de santé mentale à L’Hôpital d’Ottawa

L’Hôpital d’Ottawa offre un vaste éventail de service de santé mentale en milieu hospitalier aux campus Civic et Général, ainsi qu’un certain nombre de services très spécialisés en milieu communautaire.

Si vous éprouvez ou connaissez une personne qui éprouve de graves problèmes de santé mentale, appelez la ligne de crise en santé mentale sans frais au 1 866 996‑0991 ou au 613 722‑6914. Elle est accessible 24 heures sur 24. Si vous êtes en danger immédiat ou si votre vie est en danger, appelez immédiatement au 911. Si vous avez besoin d’une aide médicale urgente, allez à l’hôpital le plus proche.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Le pouvoir des communautés@lho

L’année dernière, Macrina Valcin, infirmière autorisée, a créé une exposition complexe dans son unité pour le Mois de l’histoire des Noirs, transformant le babillard de l’unité en une puissante célébration du peuple, de la culture et de l’histoire des Noirs. Cette année, grâce au soutien chaleureux et aux encouragements d’une communauté inclusive nouvellement formée, Macrina présente ce projet qui la passionne à un public beaucoup plus large.

Le Programme de chirurgie d’affirmation de genre accepte désormais des patients

Le nouveau Programme de chirurgie d’affirmation de genre de L’Hôpital d’Ottawa est vraiment unique en son genre. Lancé en septembre 2023, il est le seul en Ontario à offrir aux patients transgenres et non binaires des interventions du visage, de la poitrine et des parties génitales. Le Dr Nicholas Cormier, chirurgien plasticien, et son équipe sont heureux d’annoncer qu’ils acceptent désormais les patients recommandés par leur médecin.

Ces bénévoles transforment chocolats et peluches en appareils d’IRM

Nous savons tous qu’un cadeau a le pouvoir de faire plaisir à celui qui le reçoit. Mais saviez-vous que les cadeaux que vous achetez à l’une de nos boutiques de cadeaux avaient aussi le pouvoir de nous aider à acheter de précieux équipements médicaux? Nos boutiques sont tenues par un groupe de bénévoles et d’employés des Auxiliaires de L’Hôpital d’Ottawa. Voici d’autres façons dont leurs efforts contribuent à apporter des changements utiles.

Visionnez la vidéo : Les bébés et le personnel de l’Unité de soins intensifs néonataux reçoivent des jetons souvenirs du Service des incendies d’Ottawa

Cette vidéo vous mettra sans doute du baume au cœur! Après avoir aidé à transporter nos plus petits patients pour les mettre à l’abri le 27 octobre, les pompiers sont revenus à l’Unité de soins intensifs néonataux du Campus Général afin de remettre au personnel, aux familles et aux bébés un cadeau bien particulier.

Fort et fier : L’Hôpital d’Ottawa à la Fierté dans la Capitale de 2023

« Vous comptez! Nous comptons! L’union fait la force! » Découvrez les coulisses de la Fierté dans la Capitale de 2023 pour voir comment nous avons célébré cette occasion avec la communauté 2SLGBTQI+ dans ce photoreportage haut en couleur.

Une déclaration de reconnaissance du territoire qui célèbre la terre et ses plantes médicinales.

Dans le cadre des efforts de réconciliation à L’Hôpital d’Ottawa, nous dévoilons une nouvelle déclaration de reconnaissance du territoire qui célèbre le rôle de la médecine traditionnelle. La déclaration accompagne une œuvre d’art de Simon Brascoupé et Mairi Brascoupé (père et fille), des artistes autochtones de la communauté Anishinabeg de Kitigan Zibi.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.