Back to Top Comment nous pouvons aider | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

Au programme « On avance », nous sommes au service des gens.

Nous leur indiquons si le programme répond à leurs besoins

« On avance » offre des évaluations de dépistage à ses patientes et patients éventuels. Cela les aide à comprendre leur situation. Par la suite, on procède à une évaluation médicale et psychiatrique officielle, puis on présente diverses options de traitement, par exemple les services du programme « On avance », d’autres services communautaires, ou les deux.

Nous mettons sur pied une équipe de traitement formée d’expertes et d’experts

Chaque personne s’inscrivant au programme est jumelée à une clinicienne ou à un clinicien (une infirmière ou un travailleur social) qui collaborera avec elle, sa famille et ses amis à la coordination des soins et du soutien, et qui la mettra en contact avec les ressources communautaires pour la remettre sur la bonne voie. L’équipe principale de traitement comprend la patiente ou le patient, sa famille, une ou un médecin et sa clinicienne ou son clinicien.

Dans certains cas, il faut aussi collaborer avec au moins l’une des personnes suivantes :

  • une ou un diététiste (un professionnel qui offre des conseils sur les aliments, les régimes alimentaires et la nutrition);
  • une ou un neuropsychologue (un psychologue spécialisé qui aide les gens ayant des difficultés associées à la pensée, à la planification et à la mémoire);
  • une ou un ergothérapeute (une professionnelle ou un professionnel de la santé dont la spécialité est d’aider les gens à retourner au travail, aux études ou à reprendre leur vie à domicile par suite d’une maladie ou d’une blessure);
  • une ou un psychiatre (un médecin spécialisé qui a pour tâche de comprendre et de traiter les maladies mentales comme la psychose);
  • une ou un psychologue (un professionnel qui aide les gens à participer à des tests spécialisés et leur offre certains types de thérapie);
  • une ou un ludothérapeute (une ou un thérapeute qui encadre et aide les gens à participer de nouveau à des loisirs valorisants);
  • une infirmière autorisée ou un infirmier autorisé (une infirmière qui prodigue des soins spécialisés pour aider les gens à se rétablir d’une maladie et à prévenir des complications associées à une maladie);
  • une travailleuse sociale inscrite ou un travailleur social inscrit (un travailleur social détenteur d’une maîtrise, qui se spécialise auprès des familles et les met en relation avec des ressources);

Nous donnons du soutien individuel et de groupe

« On avance » met divers groupes d’entraide à la disposition des personnes psychotiques et de leur famille. En voici quelques exemples :

  • le fait d’informer la famille;
  • le fait de vivre et d’apprendre;
  • les modes de vie sains;
  • les groupes professionnels;
  • les thérapies cognitivo-comportementales;
  • les activités sociales et de loisirs.

Nos programmes évoluent sans cesse afin de répondre aux besoins des gens.

Nous offrons des renseignements sur la psychose et le rétablissement

Tout au long du traitement, l’information offerte aux personnes psychotiques et aux familles est l’un des aspects importants du programme « On avance », ce qui comprend des renseignements sur la maladie elle-même et le processus de rétablissement.

Nous déterminons quels médicaments conviennent à la situation

Les médicaments sont une composante importante du traitement de la psychose. Dans le cadre du programme, des médecins prescrivent divers médicaments en fonction des besoins des gens et de leur tolérance à ceux-ci. Parfois, il faut plus de temps pour savoir quels médicaments sont les mieux indiqués pour une personne donnée.

Nous comprenons que les gens soient souvent nerveux concernant la prise de médicaments. On trouvera ci-dessous des réponses aux questions souvent posées. Nous espérons que ces renseignements atténueront les craintes.

Comment les médicaments antipsychotiques agissent-ils?
Tous ces médicaments aident à restaurer et à corriger l’activité des neurotransmetteurs (agents chimiques aidant les cellules nerveuses à « communiquer » entre elles) du cerveau. Quand l’activité des neurotransmetteurs revient graduellement à la normale, les symptômes de la maladie diminuent. Les médicaments servant à traiter la psychose sont des antipsychotiques.

Habituellement, les symptômes positifs s’améliorent d’abord. Les symptômes négatifs et les symptômes cognitifs prennent habituellement davantage de temps à diminuer. Parfois, on recommande d’autres types de médicaments, par exemple les antidépresseurs.

À quelle fréquence doit-on prendre les médicaments?
Il faut habituellement les prendre une fois par jour afin qu’ils soient efficaces. Un petit nombre de médicaments s’injectent au moyen d’une aiguille, à quelques semaines d’intervalle. Cela est utile pour les gens qui ne veulent pas prendre de pilule tous les jours.

Quels en sont les effets secondaires?
Les antipsychotiques sont habituellement plutôt sécuritaires et la plupart des gens les tolèrent bien. Cependant, comme tous les médicaments, ils ont des effets secondaires. Parmi les plus communs, notons la fatigue, des raideurs, des tremblements ou le gain de poids. Ils sont habituellement limités, non permanents, et on peut généralement les corriger en modifiant la dose. Pendant ce temps, la ou le médecin suit l’évolution de la situation, vérifie s’il y a des effets secondaires et, en compagnie de la patiente ou du patient, essaie de trouver les médicaments lui convenant le mieux.

Peut-on être traité sans prendre de médicaments?
Les médicaments sont un élément essentiel du traitement de la psychose, mais nous savons que le rétablissement va au-delà de cela. Dans le cadre du traitement, nous renseignons les patientes, les patients et les familles sur la maladie, son traitement, et nous leur accordons énormément d’appui afin de prévenir des rechutes. Nous animons fréquemment des séances de groupe afin d’échanger sur les aspects de la vie des patientes et patients perturbés par la maladie. En les informant et en les appuyant, nous leur donnons de l’espoir et les meilleures chances de rétablissement.

Combien de temps faut-il prendre des médicaments?
Tout dépend puisque chaque personne et chaque situation diffèrent. Nous voulons utiliser le moins de médicaments possible afin que les gens fonctionnent de façon optimale. En collaboration avec la patiente ou le patient et les familles, nous essayons d’atteindre un juste équilibre.