Back to Top Laboratoire d'imagerie et d'électrodiagnostic de la vision | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

Stuart Coupland, Ph.D., professeur agrégé

Une bonne vision dépend du fonctionnement optimal de chaque composante des mécanismes sensoriels de l’œil. En réponse aux stimuli visuels, les photorécepteurs de l’œil (bâtonnets et cônes) produisent des impulsions électriques. Ces impulsions sont ensuite transmises par le nerf optique au cortex visuel du cerveau. Quand la fonction visuelle est altérée, des tests électrodiagnostiques peuvent aider à trouver la source du problème.

En février 1998, l’Institut de l’œil a élargi sa capacité de faire des recherches et des tests diagnostiques en ouvrant le laboratoire d’électrodiagnostic de la vision. Sous la direction du Dr Coupland, ce laboratoire est capable d’effectuer plusieurs importantes mesures de la fonction rétinienne et de la conduction sensorielle afin d’aider les médecins et les patients.

L’électrorétinogramme est particulièrement utile pour le diagnostic précoce de nombreuses maladies oculaires héréditaires comme la rétinite pigmentaire. Il peut servir aussi à déterminer la probabilité que d’autres membres de la famille sont porteurs du gène de la maladie, ce qui facilite le counseling génétique.

Le potentiel évoqué visuel (PEV) enregistre l’activité cérébrale en réponse à la stimulation visuelle. On obtient ainsi une mesure objective du fonctionnement du nerf optique chez les personnes qui ont une maladie comme la sclérose en plaques. Cette mesure permet aussi aux médecins de déterminer les dommages causés lorsque les tumeurs au cerveau compriment les voies optiques. De plus, les médecins peuvent évaluer l’effet des médicaments neuropsychiatriques sur la vision.

L’électrooculogramme (EOG) évalue l’intégrité fonctionnelle de l’épithélium pigmentaire rétinien (mince couche de cellules formant la barrière hémato-rétinienne extérieure). L’épithélium pigmentaire rétinien soutient la fonction des photorécepteurs. Il est touché très tôt dans le cas de plusieurs maladies dégénératives héréditaires de la vue.

En janvier 2000, le laboratoire a ajouté à la liste des services qu’il offre un test appelé électrorétinographie multifocale (ERGM). C’est un test qui évalue la fonction maculaire centrale. L’ERG multifocale enregistre l’activité électrique de la rétine à partir de 61 régions différentes de la macula appuyant la vision centrale. Ce test est particulièrement utile pour évaluer les patients qui ont des problèmes de vision centrale, entre autres la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la rétinopathie diabétique, les trous maculaires et l’œdème maculaire.

En janvier 2004, le laboratoire d’électrodiagnostic de la vision a acquis des appareils de tomographie par cohérence optique (OCT) et d’ophtalmoscopie laser à balayage (SLO/OCT). Ces appareils servent à évaluer l’intégrité de la structure de la rétine chez les patients qui ont une maladie de la macula ou du disque du nerf optique. Ces outils fournissent d’excellentes images in vivo à haute résolution de la macula et du disque du nerf optique. Les images nous procurent de l’information essentielle permettant d’établir des liens entre la structure et la fonction. Le laboratoire a adopté un nouveau nom, laboratoire d’imagerie et d’électrodiagnostic de la vision, pour refléter sa capacité de fournir des images à haute résolution de la structure et de la fonction de la rétine.