Back to Top Glaucome | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

Dr William J. Rock, professeur adjoint
Dr Ralf Buhrmann, Ph.D., professeur adjoint
Dr Garfield (Gary) Miller

Quand l’œil est en santé, le corps ciliaire produit un liquide clair constant qui aide à conserver la forme de l’œil et qui nourrit les structures internes. Ce liquide est drainé par le réseau trabéculaire. Lorsque ce système de drainage se bloque, cet équilibre délicat est perturbé et du liquide s’accumule dans l’œil. L’augmentation de pression causée entraîne lentement des dommages au nerf optique et peut, à la longue, provoquer une perte de vision.

On parle de glaucome pour désigner le groupe de maladies capables de causer des dommages caractéristiques au nerf optique et d’entraîner la cécité. Au Canada, environ 400 000 personnes en sont affectées. Typiquement, le glaucome est une maladie qui touche les personnes âgées de 50 ans et plus. Les risques d’en être affecté augmentent considérablement au passage de chaque décennie.

À l’Institut de l’œil, on utilise trois méthodes de traitement du glaucome. Normalement, on utilise des gouttes pour les yeux pour abaisser la pression, soit en réduisant la quantité de liquide produite, soit en rouvrant les canaux de drainage. Si le traitement médical ne fonctionne pas, on a souvent recours à la thérapie au laser pour éliminer le blocage. Comme dernière solution, l’ophtalmologiste effectue une trabéculectomie. Lors de cette chirurgie, on crée un nouveau canal de drainage pour contourner le système bloqué.

Le glaucome est surnommé le voleur silencieux de la vue parce que les personnes touchées n’ont souvent pas de symptômes. Il peut s’écouler des années avant qu’il ne soit détecté car l’œil sain compense la capacité visuelle réduite de l’œil atteint. Pour l’instant, il n’existe pas de remède pour le glaucome. Des examens de la vue réguliers permettent de dépister et de traiter rapidement le glaucome afin de prévenir ou de réduire considérablement les dommages potentiels.

Même si, dans les cas avancés, il n’y a pas grand-chose qu’on puisse faire pour rectifier la vision, l’Institut de l’œil s’emploie tout de même à aider les patients à s’adapter à l’altération de leurs capacités. La section sur la basse vision décrit certains des programmes offerts.