Back to Top Épidémiologie clinique | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

À l’Institut de l’œil de l’Université d’Ottawa, on sépare l’épidémiologie en deux catégories : l’épidémiologie clinique et l’épidémiologie de la santé publique. Le Dr Buhrmann s’occupe de l’épidémiologie en santé publique.

L’épidémiologie clinique s’appliquant à la vision est le domaine de médecine clinique qui s’intéresse aux déterminants et à la distribution des maladies de l’œil et à leur traitement. L’épidémiologie de la santé publique s’intéresse au suivi des principales causes de cécité au sein de populations importantes (p. ex. l’ensemble de la population canadienne) et à l’identification des causes évitables de cécité au niveau de la population.

Les découvertes préliminaires surviennent en laboratoire et sont testées auprès de modèles animaux. On peut dire que l’on entre dans le monde de l’épidémiologie lorsque la recherche passe au niveau des personnes et au-delà (la partie jaune du diagramme). Les recherches cliniques menées auprès des patients appartiennent à deux catégories :

  1. Recherche clinique d’observation : On observe les patients au cours de l’évolution naturelle de leur maladie et des traitements. Des exemples sont nos recherches sur le laser excimère, le diagnostic de la sclérose en plaques, les tests génétiques et les facteurs de risque du sida.
  2. Recherche clinique expérimentale : Les patients se voient attribuer au hasard un groupe de traitement quelconque (par exemple, nos études sur les ulcères de la cornée, le traitement du glaucome par laser, la sécheresse des yeux ou la dégénérescence maculaire).

Lorsque suffisamment de recherches ont été effectuées, nous préparons une synthèse des connaissances. La synthèse est en fait un résumé formel et rigoureux de la recherche menée. On utilise l’expression transfert des connaissances pour désigner le transfert à la pratique clinique des renseignements valides découlant de recherches établies.

L’épidémiologie de la santé publique s’intéresse au suivi des principales causes de cécité au sein de populations importantes (p. ex. l’ensemble de la population canadienne) et à l’identification des raisons évitables de cécité au niveau de la population. L’Institut de l’œil mène en ce moment une étude sur l’évaluation des sources actuelles de données du registre de cécité au Canada.