Back to Top Échographie | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

N. Mariamme Ukena, BSc, BA, COMT, ROUB ; Carla Blackburn, BSc, COMT, ROUB, CDOS

Grâce aux technologies de pointe qui font appel à des sons imperceptibles, il est possible pour les spécialistes de détecter des anomalies de l’œil qu’ils ne peuvent pas voir. Une sonde transmet des ondes ultrasoniques à travers la surface de l’œil. Pendant ce temps, les tracés d’ondes sonores sont convertis en images sur un écran qui révèle la taille et l’emplacement des lésions.

Plusieurs branches de l’ophtalmologie utilisent l’échographie diagnostique, notamment les maladies externes, le glaucome, les troubles de la rétine et la chirurgie oculoplastique. La mesure la plus courante obtenue est la longueur axiale de l’œil en prévision d’une chirurgie de la cataracte. En utilisant cette mesure et la courbure de la cornée, les chirurgiens peuvent calculer exactement le pouvoir correcteur de l’implant intra-oculaire nécessaire pour rétablir la vision.

L’échographie ophtalmologique est particulièrement utile lorsque le médecin a de la difficulté à examiner l’œil à cause de la densité des cataractes, d’une hémorragie due à un diabète ou à un traumatisme ou d’autres problèmes qui empêchent de voir clairement.

L’Institut de l’œil a récemment fait l’acquisition d’un appareil de biomicroscopie ultrasonore (UBM) qui utilise des hautes fréquences très supérieures à celles de l’échographie ophtalmologique conventionnelle. Les hautes fréquences améliorent la résolution des images obtenues presqu’au point de donner des images microscopiques. Elles permettent souvent de voir le type de lésion, sa taille et l’emplacement. La nouvelle capacité d’imagerie de l’UBM pourrait aider les ophtalmologistes à mieux comprendre les mécanismes de divers types de glaucome tout en éclairant davantage la pathologie du segment antérieur.