Back to Top Une ancienne enseignante ayant la sclérose en plaques est une source d’inspiration pour ses élèves et son médecin - L'Hôpital d'Ottawa Website scanner for suspicious and malicious URLs
 

toh

Tags:

Une ancienne enseignante ayant la sclérose en plaques est une source d’inspiration pour ses élèves et son médecin

 
Former teacher with MS inspires her students, and her doctor

La chose la plus importante que Margo Murchison, une enseignante d’Ottawa atteinte de la sclérose en plaques, a apprise à ses élèves du primaire est que « les personnes qui ont des incapacités ont aussi des capacités ».

« Mes élèves trouvaient que mon triporteur était vraiment génial », lance Mme Murchison, retraitée après avoir enseigné pendant 20 ans. « Une de mes élèves en a même demandé un au père Noël! »

Les élèves ne sont pas les seuls que Mme Murchison a inspirés. Le docteur Mark Freedman, son neurologue depuis plus de 20 ans a lui aussi été inspiré par son incroyable force de caractère et son optimisme.

« La sclérose en plaques est une maladie très pénible, et quand Margo a appris qu’elle en était atteinte de nombreuses années plus tôt, il n’y avait pas vraiment de traitement pour cette maladie », affirme le Dr Freedman, directeur de l’Unité de recherche sur la sclérose en plaques à L’Hôpital d’Ottawa et professeur de médecine à l’Université d’Ottawa. « Margo et d’autres patients comme elle m’ont fait comprendre que nous devons concevoir de meilleurs traitements, et la recherche est le seul moyen d’y arriver. »

margomurchison_small

Margo Murchison espère que, grâce à la recherche, les personnes qui reçoivent un diagnostic de sclérose en plaques aujourd’hui auront plus d’options qu’elle n’en a eues.

Au fil des années, Mme Murchison a participé à deux essais cliniques sur des traitements expérimentaux.

« C’est très excitant de participer à un essai clinique », déclare-t-elle. « Bien entendu, comme c’est à titre expérimental, on ne sait pas si le traitement sera bénéfique, mais on peut au moins espérer que les résultats de la recherche aideront d’autres patients. »

Le Dr Freedman vient de lancer le premier essai clinique au Canada sur le traitement par cellules souches mésenchymateuses contre la sclérose en plaques, grâce au financement de la Société canadienne de la sclérose en plaques et au soutien de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa.

Comme les autres types de cellules souches, les cellules souches mésenchymateuses peuvent générer d’autres types de cellules plus spécialisées. Toutefois, leur potentiel thérapeutique est surtout attribuable à leur capacité à modifier le système immunitaire, à réduire l’inflammation, ainsi qu’à stimuler la production de facteurs contribuant à prévenir et à réparer les lésions aux tissus.

« Je fonde beaucoup d’espoir sur cette recherche et la recherche sur la sclérose en plaques en général, déclare Mme Murchison. « Au cours des 30 dernières années, j’ai vu bien des progrès dans le traitement de ma maladie et je pense sincèrement que nous sommes près de trouver un remède. Je crois que les personnes recevant un diagnostic de la sclérose en plaques aujourd’hui auront plus d’options que j’en avais. »

Pour plus d’information, lisez le communiqué.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.