Back to Top Une clinique qui offre beaucoup plus que des soins dentaires aux patients vivant avec l’autisme, le cancer et d’autres problèmes de santé complexes - L'Hôpital d'Ottawa
 

Une clinique qui offre beaucoup plus que des soins dentaires aux patients vivant avec l’autisme, le cancer et d’autres problèmes de santé complexes

 
Two members of the dental clinic standing in a dental exam room at The Ottawa Hospital.

Jean-Marc Lang n’aimait pas aller chez le dentiste auparavant. Âgé de 27 ans, il est atteint d’autisme, d’épilepsie et d’un important retard de développement accompagné de comportements rituels qui s’apparentent à un trouble obsessionnel-compulsif (TOC). C’était pratiquement impossible pour lui de rester assis sur une chaise de dentiste pour un nettoyage.

Jean-Marc Lang qui regarde un match de baseball

« Jean-Marc a des rituels destructeurs, explique sa mère, Hélène, alors quand tout n’est pas parfait ou comme d’habitude, il a tendance à vouloir briser ou détruire complètement les choses. Il a aussi des rituels dommageables : il peut tirer sur sa peau jusqu’à ce que ça saigne ou s’arracher un ongle. »

Ces dix dernières années, le comportement de Jean-Marc s’est intensifié et Hélène se demandait de plus en plus comment garder en santé les dents et les gencives de son fils. 

« Il a de faibles aptitudes pour la communication et ne peut pas dire clairement s’il a mal. Cela a toujours été préoccupant pour nous, ajoute-t-elle. Il est sensible au toucher et aux bruits, alors tous les soins dentaires – que ce soit un examen, un nettoyage ou la réparation d’une dent – doivent être donnés avec beaucoup de délicatesse pour que l’expérience soit aussi agréable que possible. »

Quand Jean-Marc était plus jeune, il a d’abord fréquenté la clinique dentaire du CHEO. Avec le temps, il s’est habitué grâce aux compétences et à la bienveillance du personnel, qui a finalement gagné sa confiance totale. Lorsque Jean-Marc a atteint l’âge adulte, il a été dirigé vers une autre excellente clinique dentaire de la communauté, puis vers la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa. 

Une clinique dentaire sans pareille

La Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa, unique dans la région, offre des soins spécialisés aux patients adultes hospitalisés et à ceux qui ont besoin de soins et de ressources que les cliniques de la communauté ne peuvent pas offrir.

Chaque jour, l’équipe de la clinique, formée de chirurgiens buccaux, de dentistes, d’hygiénistes dentaires et d’employés de soutien hautement qualifiés qui travaillent en étroite collaboration, soigne quotidiennement jusqu’à 40 patients qui répondent aux critères d’admissibilité, sur recommandation de leur médecin.

« Il peut s’agir d’une personne qui fait des crises épileptiques imprévisibles, qui se rétablit d’une greffe de cœur ou qui s’est fait retirer une partie de la mâchoire en raison d’un cancer », indique Siobhan Little, superviseure de la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa. « Notre clinique est en mesure d’offrir à ces patients les ressources et les soins spécialisés dont ils ont besoin. Nous pouvons même nous rendre à leur chambre à l’Unité de soins intensifs en cas de souci. »

Le Dr Howard Weld
Le Dr Howard Weld et le personnel de la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa offrent des soins dentaires essentiels aux patients recommandés par leur médecin qui nécessitent du soutien supplémentaire.

Beaucoup de nos patients se préparent à recevoir de la radiothérapie pour traiter un cancer ou sont en rétablissement après une radiothérapie.

« Nous voyons des patients atteints d’un cancer de la tête ou du cou avant et après la radiothérapie », explique le Dr Weld, qui est dentiste adjoint à la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa depuis 2017. « La radiothérapie tue les cellules cancéreuses, mais elle a aussi tendance à endommager les glandes salivaires, ce qui rend la bouche très sèche et les dents vulnérables aux caries. Nous devons nous assurer que toutes les dents qui demeurent dans la bouche d’un patient sont saines et bien entretenues. »

La clinique accepte aussi les recommandations de patients qui se préparent à une chirurgie cardiaque et qui doivent soigner une infection qui pourrait nuire à la réussite de l’intervention.

 « Vous savez, c’est le même sang qui circule partout, explique-t-il. S’il y a une infection dans votre bouche, il y a une infection dans tout votre corps. Les antibiotiques sont utiles, mais tant que l’infection n’est pas éliminée à la source, elle peut revenir. »

Il existe aussi des ressources spéciales pour les patients qui ont des problèmes de comportement ou d’anxiété. Dans le cadre du programme d’assistance dentaire, les hygiénistes dentaires sont accompagnés d’assistants, ce qui procure aux patients un degré de soutien supplémentaire. Dans certains cas, on emmaillote les patients si cette méthode permet de les rendre plus à l’aise pendant une intervention. Chaque patient est différent et chacun est traité comme une personne unique.

Une clinique issue de la nécessité et de la générosité

La clinique a ouvert ses portes en 2002, grâce à de généreux dons du milieu de la médecine dentaire d’Ottawa – dentistes, spécialistes, laboratoires, entreprises de fournitures et fabricants d’équipement.

« Le milieu de la médecine dentaire a été amené à contribuer à la création de cette clinique en constatant qu’il y avait des patients qui ne pouvaient pas être soignés dans des cliniques ordinaires », souligne le Dr Weld.

Certains membres de l’équipe donnent bénévolement du temps à la clinique afin de rendre service à la communauté. L’argent et les profits recueillis sont placés dans un fonds de dotation, ce qui permet d’assumer une partie du coût des services fournis à des patients qui n’ont pas les moyens de payer pour ce type de soins dentaires spécialisés.

Des membres du personnel de la clinique dentaire tiennent un chèque géant.
En août 2020, la Société dentaire d’Ottawa a fait un généreux don pour appuyer L’Hôpital d’Ottawa. Les fonds serviront à l’achat d’équipement essentiel pour notre clinique dentaire.

Une approche personnalisée pour chaque patient

Animée d’un sens du devoir et d’un esprit communautaire remarquables, l’équipe de la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa s’emploie à répondre aux besoins de chaque patient.

« Pour chaque patient, nous commençons par une consultation et à partir de là, nous établissons un plan de traitement, explique Siobhan. Si nous déterminons que le patient bénéficierait du programme d’assistance dentaire, nous nous assurons d’avoir une personne de plus pour offrir du soutien. S’il faut avoir recours à la sédation, nous obtenons toutes les autorisations nécessaires et nous remplissons les formulaires. »

Le personnel de la clinique dentaire rencontre les patients comme Jean-Marc et leur famille pour savoir comment aider le mieux possible chaque patient et lui rendre l’expérience aussi agréable que possible.

Quand Jean-Marc a dû se rendre à la clinique pour faire réparer une dent cassée, l’équipe a rencontré ses parents pour discuter de ses expériences passées chez le dentiste et de ses réactions typiques à certaines situations afin de mieux prévoir comment se déroulerait le rendez-vous.

Grâce aux renseignements recueillis, l’équipe était prête à faire le nécessaire pour que Jean-Marc se sente aussi à l’aise que possible.

« Ils lui ont parlé et ont adapté du mieux possible leurs méthodes à ses besoins pour établir une relation et un lien de confiance, raconte Hélène. Ils l’ont aidé à comprendre ce qu’ils faisaient et ce qu’il devait faire de son côté à chaque étape de l’intervention. »

Ils ont aussi aidé Jean-Marc à se sentir à l’aise.

« Quand je leur ai demandé si on pouvait lui mettre quelque chose sur les jambes pour le tenir au chaud, ils sont revenus avec une couverture chaude, ajoute la mère de Jean-Marc. C’était très réconfortant de constater tant de gentillesse et de compassion. »

Des soins dentaires virtuels pendant la pandémie de COVID-19

Quand le gouvernement provincial a ordonné à tous les hôpitaux de l’Ontario d’interrompre temporairement les programmes et services non urgents, la clinique dentaire de l’Hôpital s’est limitée à fournir des soins dentaires en personne seulement dans les cas urgents. Toutefois, déterminée à offrir les soins nécessaires en temps opportun au plus grand nombre de patients possible, la clinique a aussi eu recours à la technologie des soins virtuels dans certains cas – et prévoit de continuer à le faire dans un avenir proche.

« Les soins virtuels ont été utiles pour notre clinique et nos patients, affirme Siobhan. Par exemple, si nous avons un patient qui a un retard de développement et qui doit être opéré bientôt, nous n’avons pas besoin que le patient vienne à la clinique avec ses deux accompagnateurs. Nous pouvons appeler l’aidant naturel, prescrire des antibiotiques si nécessaire, puis transmettre les formulaires au bloc opératoire. Le processus est plus facile pour le patient. »

À mesure que les restrictions sanitaires sont levées, la clinique recommence à offrir de plus en plus de services.

Familles reconnaissantes, personnel dévoué

Quiconque a été patient dans une clinique dentaire sait que le personnel a une énorme incidence sur l’expérience – positive ou négative – de notre visite. Hélène affirme avec plaisir qu’en plus d’être des professionnels chevronnés, les membres du personnel de la clinique de l’Hôpital font preuve d’une compassion incroyable.

Deux membres de la clinique dentaire dans une salle d’examen à L’Hôpital d’Ottawa.
L’équipe de la clinique travaille en collaboration pour offrir à chaque patient des soins de calibre mondial, empreints de compassion.

« Ils ont été extrêmement gentils, patients, ouverts et flexibles, en plus d’être efficaces et professionnels, dit-elle. On voyait que l’expérience dans son ensemble était très rassurante pour Jean‑Marc, ce qui était vraiment important pour nous. Nous sommes très reconnaissants des excellents services que le Dr Weld et l’équipe de la clinique dentaire ont donnés à notre fils. C’est rassurant pour nous d’avoir cette équipe ici, à l’hôpital, et de savoir qu’ils feront ce qu’ils peuvent pour nous aider. »

Pour le personnel, c’est en partie ce qui rend cette clinique spéciale.

« Je crois que c’est le fait d’avoir une population de patients si diversifiée qui fait ressortir autant la compassion du personnel, soutient Siobhan. Moi-même, je suis allée dans la salle tenir la main d’une patiente parce qu’elle était très anxieuse pendant une extraction. Nous essayons de nous surpasser pour les aider à se sentir bien. »

« Bon, je suis prêt. Allons-y! »

Un rendez-vous qui aurait pu être compliqué ou même dangereux a finalement été très agréable pour Jean-Marc, sa famille et le personnel de la clinique dentaire, grâce au travail d’équipe de tout le monde.

« C’était vraiment important pour Jean-Marc d’aller chez le dentiste cette fois-ci, raconte Hélène. Il en a oublié tous ses autres comportements et rituels. Il n’y avait plus rien qui comptait pour lui et il était très soulagé de pouvoir faire réparer sa dent. Il était assis calmement, avec ses verres fumés, puis il a levé le pouce comme pour dire : “Bon, je suis prêt. Allons-y!” »

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

« Lorsque je me sentais seul, elles étaient là » : Célébrons la Semaine des soins infirmiers

En cette troisième année de la pandémie, des patients et des familles montrent par des témoignages personnels touchants de quelles manières les infirmières ont répondu à l’appel.

Faites de la bienveillance envers soi un mode de vie : cinq conseils pour démarrer

Se traiter avec gentillesse aide à réduire le stress dans notre vie et favorise notre compassion. Vous cherchez des idées? Découvrez comment certains de nos professionnels de la santé ont fait de la bienveillance envers soi un mode de vie.

« L’Hôpital m’a accordé mon congé, mais  j’y suis revenu faire du bénévolat » : Maxime, ancien patient et codeur bénévole

Maxime Bilodeau a décidé de devenir bénévole à L’Hôpital d’Ottawa après un séjour aux unités de soins de courte durée et de réadaptation. « J’ai beaucoup remarqué le travail des bénévoles. Après ma sortie de l’hôpital, dès que j’ai pu le faire, j’y suis devenu bénévole », explique Maxime.

Bao-Anh fait du bénévolat en dépit de son horaire chargé d’infirmière

Bao-Anh Vuong fait du bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa depuis qu’elle était élève à l’école secondaire. Aujourd’hui, dix ans plus tard, elle est infirmière à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa et membre d’une équipe de bénévoles chevronnés qui recrutent et intègrent les nouveaux bénévoles.

Jocelyn inspire la relève dans le cadre du programme de stage virtuel pour les élèves du secondaire

Le bénévolat est une seconde nature chez Jocelyn Niven. « Je tiens ça de mon éducation. Je viens d’une famille de militaires. Aussi longtemps que je me souvienne, ma mère nous inscrivait partout pour faire du bénévolat. » Aujourd’hui devenue militaire, Jocelyn est la modératrice du programme de stage étudiant à l’Hôpital.

Joanna aide les patients en chimiothérapie à naviguer des lendemains incertains

Un diagnostic de cancer est un événement bouleversant qui annonce des lendemains incertains. Chaque combat contre le cancer est unique. Or, la majorité des patients qui commencent une chimiothérapie ont en commun le fait qu’ils ne savent pas comment le traitement se déroulera. C’est là qu’interviennent la bénévole Joanna Reid et le programme d’information sur la chimiothérapie (Chemo Teach) à L’Hôpital d’Ottawa.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.