Back to Top Un moniteur repère le rythme cardiaque irrégulier d’une patiente qui s’évanouit - L'Hôpital d'Ottawa
 

Un moniteur repère le rythme cardiaque irrégulier d’une patiente qui s’évanouit

 
Jacinthe Bisson

« Ce moniteur – cette recherche – m’a sauvé la vie. J’en suis convaincue », explique Jacinthe Bisson, participante à une étude sur la surveillance de patients atteints d’évanouissements.

Les médecins à l’Urgence de L’Hôpital d’Ottawa n’arrivaient pas à expliquer pourquoi Jacinthe Bisson s’évanouissait, jusqu’à ce que les résultats d’une étude clinique révèlent qu’elle était atteinte d’une maladie cardiaque qui mettait sa vie en danger.

En l’espace d’un an, la femme de 51 ans avait éprouvé trois syncopes, soit des épisodes d’évanouissement. Mais une fois rendue à l’hôpital, elle se sentait déjà bien et les médecins ne parvenaient pas à déterminer la cause de son évanouissement. Dans la plupart des cas, une syncope est causée par une suractivité du système nerveux (par exemple, lorsqu’une personne perd connaissance à la vue du sang), une déshydratation ou une chute de la tension artérielle. Mme Bisson n’avait pourtant aucun de ces problèmes.

Un petit pourcentage de personnes qui ont des syncopes est atteint d’une maladie grave, comme un rythme cardiaque irrégulier (arythmie). Habituellement, un patient dont la syncope est inexpliquée fait l’objet d’une surveillance de quelques heures à l’hôpital. Or, si son rythme cardiaque demeure normal durant cette période, sa maladie échappe aux médecins. Le patient risque alors retourner chez lui et de mourir plus tard d’une arythmie.

Mme Bisson était une candidate idéale pour prendre part à une étude clinique menée par le Dr Venkatesh Thiruganasambandamoorthy, qui est chercheur, urgentologue et professeur à l’Université d’Ottawa.

« Je voulais découvrir ce qui se passait. Je suis intéressée par les sciences et la recherche. En y participant, peut-être que je pourrais aussi aider d’autres personnes », déclare Mme Bisson.

De retour chez elle, elle a porté un moniteur cardiaque sans interruption pendant 15 jours. Le septième jour, elle a éprouvé une sensation d’étourdissement, de chaleur et de faiblesse. Le moniteur a alors capté une arythmie potentiellement mortelle. Son cardiologue l’a immédiatement hospitalisée pour mener d’autres examens. Résultat : Mme Bisson porte désormais un défibrillateur cardiaque et prend des médicaments au quotidien.

« Je ne me suis pas évanouie depuis, affirme-t-elle. Ce moniteur – cette recherche – m’a sauvé la vie. J’en suis convaincue. »

Chaque année, jusqu’à 1 500 patients qui ont perdu connaissance sont vus aux campus Civic et Général. La majorité est surveillée à l’Urgence pendant un maximum de six heures. Environ 12 % de ces patients, cependant, sont hospitalisés et surveillés pendant de cinq à sept jours. L’hospitalisation coûte en moyenne 1 400 $ par jour, ce qui revient à environ 9 800 $ par patient.

« Alors que le port de ce moniteur pendant 15 jours coûterait environ 500 $ au total par patient, précise le Dr Thiruganasambandamoorthy. Et les patients peuvent ainsi être surveillés à la maison plutôt qu’à l’hôpital. »

Dans le cadre de l’étude du Dr Thiruganasambandamoorthy, 20 patients ont ainsi été surveillés à domicile depuis octobre 2016. Trois d’entre eux avaient des problèmes cardiaques mettant leur vie en danger qui ont été relevés par le moniteur. Le Dr Thiruganasambandamoorthy espère que les résultats de l’étude montreront que la surveillance à domicile des patients à risque élevé de syncope constitue la meilleure façon de les traiter.

L’étude en question bénéficie d’un généreux soutien de l’initiative de Recherche visant à améliorer les soins aux patients, ainsi que du financement du Réseau canadien sur l’arythmie cardiaque et de l’Association médicale universitaire de L’Hôpital d’Ottawa.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

Un outil conçu à Ottawa aide à déterminer si un patient gravement malade peut respirer par lui-même

Durant les deux dernières années de pandémie, la ventilation artificielle a été nécessaire chez un nombre inédit de Canadiens pour les aider à respirer. L’Hôpital d’Ottawa est le premier établissement au monde à évaluer un dispositif médical novateur qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour déterminer à quel moment un patient gravement malade peut être extubé en toute sécurité.

La COVID-19 transforme des vacances de rêve en véritable cauchemar

Les plages sous le soleil ont laissé place à la peur et à l’incertitude lorsque Jim et Joanne Booth, mariés depuis 57 ans, ont reçu un diagnostic de COVID 19 en mars 2020. Lisez le récit de leur retour à la maison pour recevoir des soins vitaux à L’Hôpital d’Ottawa.

Donner à chaque patient atteint de la COVID-19 l’occasion de participer à la recherche

Depuis le début de la pandémie, Irene et Rebecca vont en première ligne pour expliquer tous les essais cliniques disponibles à ces patients et à leur famille, bien souvent pendant les premiers jours difficiles de l’hospitalisation.

La science ouverte permet de poser un diagnostic qui change la vie d’une patiente

Pendant des années, les médecins ont pensé que Jenna Keindel était atteinte de la dystrophie musculaire des ceintures même s’ils ne parvenaient pas à repérer le gène responsable de la maladie. La situation a complètement changé après que Mme Keindel a lu un article scientifique sur un trouble auto-immun qui ressemblait en tout point à la dystrophie musculaire – ce qui allait changer sa vie et son diagnostic.

Chronologie de la COVID-19 : survol de l’année

Lorsque la COVID-19 a frappé à Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa était prêt à intervenir. Explorez la chronologie de la COVID-19 pour voir comment les équipes de soins, les chercheurs et les membres de la collectivité se sont serré les coudes au cours de la dernière année.

L’Hôpital d’Ottawa au cœur d’une « belle évolution » dans la recherche sur le VIH et les soins

SIDA. Ce mot est chargé pour beaucoup de gens au Canada, en particulier les hommes gais. Pour la Journée mondiale de lutte contre le sida, nous revenons sur le parcours de L’Hôpital d’Ottawa, qui est à l’avant-garde de la recherche sur le VIH et du traitement des patients depuis 40 ans.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.