Back to Top Porter du blanc le mercredi - L'Hôpital d'Ottawa
 
Tags:
Soins d’avenir

Porter du blanc le mercredi

 

Wear White Wednesdays

Introduction

Les infirmières des quatre coins du Canada s’unissent pour montrer leur fierté d’appartenir à la profession et se distinguer des autres professionnels de la santé. Le mouvement a débuté en 2012 en Nouvelle-Écosse et s’est ensuite étendu au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Saskatchewan et en Alberta. L’Hôpital d’Ottawa reconnaît que tous les membres du personnel peuvent influencer directement la satisfaction des patients et la façon dont ils perçoivent les soins. Nous encourageons donc les infirmières à porter du blanc le mercredi.

Raisonnement

Les infirmières sont la colonne vertébrale de notre système de soins, mais les patients ont de la difficulté à les distinguer des autres professionnels de la santé.

Le port d’un uniforme permet d’identifier visuellement une personne et son rôle6. C’est un symbole de sécurité et de stabilité1. On reconnaît d’ailleurs bien des professionnels par leur uniforme, comme les policiers et les prêtres. L’uniforme confère une identité commune aux professionnels d’une discipline en les distinguant des autres6. Les gens associent aussi certaines compétences et qualités aux différents uniformes6. L’image professionnelle que projette l’uniforme aide à bâtir et à maintenir une relation de confiance et à créer un milieu propice à la guérison. La façon dont les patients perçoivent les infirmières peut influencer leur comportement, par exemple leur volonté de fournir des renseignements personnels, d’apprendre et d’accepter les interventions thérapeutiques, ce qui a une incidence sur leurs soins, leur sécurité et leur expérience7. Saviez-vous que les gens jugent les compétences, la confiance et la crédibilité pendant les 12 premières secondes d’une rencontre et que l’habillement influence ce jugement1?

Les infirmières exercent la profession qui inspire le plus confiance, mais bien des patients ont de la difficulté à les identifier. La recherche montre que la disparité des uniformes nuit à l’image professionnelle et n’aide pas les patients à reconnaître les infirmières et leur contribution aux soins4. Les patients qui ont de la difficulté à déterminer qui est leur infirmière vivent d’ailleurs davantage de détresse pendant leur hospitalisation. Les familles veulent savoir à qui s’adresser si elles ont des préoccupations ou des questions et sont embarrassées lorsqu’elles parlent à la mauvaise personne.

La façon dont le patient perçoit l’infirmières peut influencer sa volonté de divulguer des renseignements personnels, d’apprendre et d’accepter les interventions thérapeutiques, ce qui nuit à ses soins, à son sécurité et à son expérience4,6,7.

Répercussions

L’adoption d’un uniforme unique a des effets positifs sur la visibilité des infirmières et de leur contribution aux soins, la relation infirmière-patient, la satisfaction des infirmières et leur fierté d’appartenir à la profession. L’habillement des infirmières influence la perception de leur professionnalisme et de leurs compétences4. Les patients se sentent davantage satisfaits et en sécurité, estiment avoir reçu de meilleurs soins et ont une meilleure expérience dans l’ensemble4,6.

La recherche montre que l’attribution d’un uniforme unique aux infirmières améliore la satisfaction des patients et leur capacité à distinguer les rôles professionnels4,6. Il y a toutefois peu de recherches sur le style et la couleur à privilégier4. Les infirmières portant un uniforme d’une seule couleur ont reçu de meilleures notes et ont paru plus professionnelles et approchables que celles portant un uniforme avec caractères imprimés ou un t-shirt4,7. Les couleurs préférées étaient le bleu marine et le blanc5.

La recherche révèle aussi qu’il est important de porter bien en vue un insigne d’identité où le nom et le titre professionnel sont affichés en gros caractères8,3. À l’Hôpital, nous continuerons de porter du blanc le mercredi pour promouvoir l’image professionnelle des infirmières.

Bibliographie

  1. Bixler, S. et L. Scherrer-Duggan. 5 Steps to Professional Presence, 2e éd., Avon (Massachusetts), Adams Media, 2000.
  2. Clavelle, J.T., M. Goodwin et L.J. Tivis. « Nursing Professional Attire », JONA, vol. 43, no 3 (2003), p. 172-177.
  3. Dumont, C. et K. Tagnesi. « Nursing Image: What Research Tells Us About Patients’ Opinions », Nursing, janv. 2011, p. 9-11.
  4. Hatfield, L.A., M. Pearce, M. Del Guidice, C. Cassidy, J. Samoyan et R.C. Polomano. « The Professional Appearance of Registered Nurses », JONA, vol. 43, no 2 (2013), p. 108-112.
  5. Kaser, M., L.W. Bugle et E. Jackson. « Dress Code Debate », Nursing Management, janv. 2009, p. 33-38.
  6. Skorupski, V.J. et R.E. Rea. « Patients’ Perceptions of Today’s Nursing Attire », JONA, vol. 36, no 9 (2006), p. 393-401.
  7. Thomas, C.M., A. Ehret, B. Ellis, S. Colon-Shoop, J. Linton et S. Metz. « Perception of Nurse Caring, Skills and Knowledge Based on Appearance », JONA, vol. 40, no 11 (2010), p. 489-497.
  8. Whitmann-Price, R., L. Celia, S. Conners, R. Dunn et J. Chabot. « Exploring Perceptions of Nursing Image in an Inner-city Hospital », Nursing, sept. 2011, p. 23-27.
 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.