Back to Top Médias sociaux et pratique infirmière - L'Hôpital d'Ottawa
 
Tags:
Soins d’avenir

Médias sociaux et pratique infirmière

 

Nursing Next

Les médias sociaux ont révolutionné les communications de la société moderne. La pratique infirmière n’en fait pas exception et subit aussi les effets de ces nouveaux outils de communication. À L’Hôpital d’Ottawa, nous avons lancé une nouvelle campagne de médias sociaux pour les infirmières cliniques. C’est la première du genre en milieu hospitalier.

On peut définir les médias sociaux comme des outils servant à échanger de l’information entre personnes (Fraser, 2011). Il y a de nombreux types de médias sociaux. Ce qu’ils ont en commun, c’est de permettre à une personne de trouver de l’information, d’y répondre et la diffuser.

Notre campagne de médias sociaux utilise quatre plate-formes :

  • Soins infirmiers de L’Hôpital d’Ottawa sur Facebook: Plateforme où les utilisateurs peuvent publier du texte, des photos, des liens, des vidéos et autre. Les utilisateurs peuvent contrôler qui a accès à leur information (« amis » dans Facebook, « amis des amis », tout le monde). L’information est classée selon la personne qui produit le contenu (p. ex. publications de Jennifer Jackson).
  • Soins infirmiers de L’Hôpital d’Ottawa sur Twitter: Plateforme pour diffuser de courts messages. Ce peut être un lien, du texte ou une photo. À moins de configurer les paramètres pour en restreindre l’accès, l’information est accessible à tous. Les utilisateurs parlent de l’univers Twitter pour parler de ce libre-accès. L’information est catégorisée par le symbole # qu’on appelle « mot-clic » (p. ex. #TOHNurses), qui classe le contenu dans des listes, selon le sujet.
  • Soins infirmiers de L’Hôpital d’Ottawa sur Instagram: Application servant à diffuser des photos et des vidéos. L’information est classée selon la personne qui produit le contenu et par mots-clics.
  • Soins infirmiers de L’Hôpital d’Ottawa sur Pinterest: Outil d’organisation en ligne. Pinterest n’a pas de contenu en soi. Il dirige les utilisateurs vers le contenu d’autres sites et fait office de base de données. L’information est classée par thèmes, identifiées par l’utilisateur. Par exemple, une recette se retrouverait dans la catégorie « Alimentation ».

En quoi ces outils sont-ils importants? Dans sa présentation inspirante sur le site TED, Clay Shirky illustre comment les médias sociaux ont révolutionné les communications. Les médias sociaux permettent une diffusion sans précédent d’information. Le temps où seules les personnes ayant accès à la recherche ou aux bibliothèques détenaient les connaissances est révolu. Maintenant tout le monde peut transmettre ses connaissances – et la connaissance est une source de pouvoir! De nos jours, nous pouvons échanger avec n’importe qui, n’importe où dans le monde. Il n’y a plus d’intermédiaire, où l’employé produit de l’information qu’il envoie aux gestionnaires, qui l’envoient ensuite aux éducateurs, qui l’envoient au personnel. Nous pouvons maintenant communiquer directement avec les infirmières cliniques, leur donnant ainsi le pouvoir de décider quelle information est utile et importante pour leur pratique professionnelle.

Les médias sociaux offrent de nombreux avantages pour les infirmières. Ils permettent de diffuser de nouvelles recherches, de discuter de problèmes, d’avoir instantanément accès à de l’information à jour et d’apprendre les unes des autres en temps réel. Nous pouvons diffuser de l’information positive sur les soins infirmiers et projeter une image professionnelle. Les médias sociaux peuvent aussi être utilisés pour la défense des intérêts, l’organisation d’événements et la collectes de fonds, ou pour communiquer avec des dirigeants politiques. Les infirmières peuvent vérifier les doses de médicaments sécuritaires au chevet du patient, lire des articles de revues professionnelles le jour même de leur publication et discuter de leur passion pour les soins infirmiers. Voilà en gros les effets positifs des médias sociaux sur la profession.

Mais il y a aussi des dangers. Les médias sociaux peuvent poser des risques éthiques et juridiques, notamment en ce qui concerne l’atteinte à la vie privée, à la confidentialité des patients et aux normes d’exercice. L’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario rappelle aux infirmières que les responsabilités légales de notre profession vont au-delà des murs de l’hôpital. Les médias sociaux peuvent diffuser l’information très rapidement, et lorsque le message est publié, il est très difficile de le retirer. Il faut considérer l’information qu’on publie dans les médias sociaux comme un tatouage permanent. Il peut être aussi difficile de contrôler précisément l’accès à vos renseignements personnels, mettant les utilisateurs à risque de vol d’identité.

Voici quelques conseils à suivre lorsque vous utilisez les médias sociaux (adapté de Fraser, 2011).

À faire :

  • Sachez que vous êtes responsable du contenu de tous vos messages (conformément à la politique de l’Hôpital sur les médias sociaux, n° 00672).
  • Réseautez. Joignez-vous à des communautés, des groupes et des sites Web ayant des intérêts communs avec les vôtres.
  • Utilisez votre vrai nom. Pour pouvoir transmettre votre information, les autres doivent être capables de vous trouver. Vous pouvez aussi vous bâtir un profil en ligne qui reflète bien vos connaissances et votre expertise.
  • Souvenez-vous que les messages publiés sont comme des tatouages permanents.
  • Respectez les règles de grammaire et de ponctuation pour projeter une image professionnelle.
  • Discutez des joies et des difficultés de faire partie de la profession infirmière.
  • Profitez-en pour défendre les intérêts des patients et de la profession en remettant en question l’information qui présente une mauvaise image des soins infirmiers, en amassant de l’argent pour une cause ou en mettant sur pied une campagne de lettres.
  • Gérez activement votre profil en ligne, peu importe votre méthode. De cette manière, si quelqu’un cherche à communiquer avec vous, il verra l’information que vous aurez préparée, au lieu de toute autre information qui pourrait se trouver dans Internet.
  • Gérez les paramètres de sécurité de votre compte. Les photos de vous à la plage conviennent bien à un public d’amis, mais peut-être moins au monde entier. Vous êtes la seule personne responsable du contenu de votre profil.
  • Séparez le travail et les loisirs. Facebook peut être un outil utile en milieu de travail, mais il peut aussi être mal vu. À vous de faire la part des choses.
  • Partagez les ordinateurs au travail et assurez-vous que les soins aux patients passent toujours avant les médias sociaux.

À ne pas faire :

  • Ne publiez jamais d’information permettant d’identifier un patient, notamment des photos et des descriptions de texte. Il est important de parler de nos expériences pour apprendre. Mais plutôt que de mentionner le nom du patient, parlez plutôt de cas génériques ou de groupes (p. ex. patientes atteintes du cancer du sein, personne atteinte d’insuffisance cardiaque congestive).
  • Ne dites jamais de mauvaises choses sur vos collègues ou votre employeur. Si vous avez des problèmes au travail, réglez-les de manière constructive au travail. Si vous défoulez votre colère en ligne, vous pourriez être confronté à des mesures disciplinaires ou des poursuites juridiques.
  • N’insérez pas le logo de l’Hôpital ou tout autre logo dans vos publications.
  • Ne publiez pas de pourriel, de pornographie, de propos grossiers ou autre contenu inapproprié.
  • Ne jouez pas à des jeux de hasard en ligne au travail.
  • Évitez de mentionner l’endroit dans les exemples cliniques. Il est préférable d’écrire « Il y a quelque temps, dans une unité de soins… » plutôt que « Mardi aux soins intensifs… ». Vous aiderez ainsi à préserver la confidentialité des patients.
  • Ne commentez pas sur les questions en litige ou juridiques au travail.
  • N’acceptez pas d’invitation à devenir « ami » de la part de patients. L’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario indique qu’il revient à l’infirmière de maintenir des relations professionnelles avec ses patients.
  • N’utilisez pas les médias sociaux pour rabaisser ou critiquer les autres.

Malgré les risques, il y a de nombreux avantages pour les infirmières à utiliser ces nouvelles technologies. La question n’est pas de savoir si les médias sociaux influenceront les soins infirmiers. La question est plutôt : Est-ce que les infirmières seront délaissées? Ou susciterons-nous le changement et l’innovation au sein de notre profession?

Contribuez à appuyer l’excellence en soins infirmiers! Médias sociaux à la disposition des infirmières de L’Hôpital d’Ottawa

Fraser, R. (2011). The nurse’s social media advantage: How making connections and sharing ideas can enhance your nursing career. Indianapolis, Indiana: Sigma Theta Tau International.

Jennifer Jackson, RN, BScN Hon.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.