Back to Top Les aides de service aux résidants : accompagner et aider les aînés qui reçoivent des soins de longue durée - L'Hôpital d'Ottawa
 

Les aides de service aux résidants : accompagner et aider les aînés qui reçoivent des soins de longue durée

 
From left to right, Judie Wheeland, Marney Cooper and Andree Kaspardlov,

Un programme provincial apporte une aide essentielle dans le milieu des soins de longue durée

Lorsqu’on a voulu recruter des personnes pouvant donner un coup de main dans les foyers de soins de longue durée de l’Ontario comme aides de service aux résidants, Judie Wheeland s’est tout de suite portée volontaire.

Peu avant la pandémie de COVID-19, Judie avait quitté son emploi comme gestionnaire des ventes et des ressources humaines pour soigner à temps plein ses parents vieillissants. Après leur décès à la fin de 2020, elle était prête à retourner au travail, mais elle souhaitait changer de rythme.

Judie Wheeland
Judie Wheeland a été aide de service aux résidants au foyer de soins de longue durée St. Patrick, où elle a accompagné une résidante.

« Je ne voulais pas retourner au milieu d’affaires, dit-elle. Je ne me voyais plus faire cela… Je voulais aider des aînés. De devenir une aide de service aux résidants m’a permis de comprendre le type de travail que je voulais faire auprès d’eux, parce que cela m’a apporté une vision globale. »

Les aides de service aux résidants se rendent utiles dans les foyers de soins de longue durée en accomplissant des tâches non liées aux soins, comme aider les résidants à mettre en place leurs repas et à utiliser des appareils technologiques, participer à leurs activités récréatives et leur tenir compagnie en l’absence de leur famille.

Comme aide de service aux résidants au foyer de soins de longue durée St. Patrick à Ottawa, Judie s’occupait d’une résidante avec qui elle passait plus de 7 heures sur 24, 5 jours sur 7.

« Mon quotidien, c’est passer du temps avec ma résidante, la garder active et faire en sorte qu’elle n’entre pas dans les chambres des autres. Elle fait de la démence, alors je m’efforce d’établir un contact avec elle, je chante avec elle et j’essaie de la garder calme et heureuse, explique-t-elle. C’est un rôle important parce que les résidants n’ont pas les mêmes rapports avec les  gens qu’ils auraient eus avant la pandémie, que ce soit avec d’autres résidents ou un travailleur de soutien. Tout est différent maintenant. »

« Beaucoup des personnes qui sont devenues aides de service aux résidants ont vu ce qui s’est passé pendant la première vague de la pandémie et voulaient aider d’une manière ou d’une autre. »

Aider les foyers de soins de longue durée avec des ressources humaines essentielles

Bien d’autres personnes ont pu, comme Judie, explorer de nouvelles avenues professionnelles dans le milieu de la santé et apporter une aide essentielle aux résidants de foyers de soins de longue durée comme aides au service des résidants, dans le cadre du programme de la Réserve ontarienne de ressources humaines pour le soutien aux aînés.

Andrée Kaspardlov
Comme gestionnaire principale des ressources humaines du programme de la Réserve ontarienne de ressources humaines pour les soins aux aînés, Andrée Kaspardlov aide à alléger le fardeau administratif des foyers de soins de longue durée en coordonnant l’embauche d’aides de service aux résidants par l’intermédiaire de L’Hôpital d’Ottawa. 

Une initiative du gouvernement de l’Ontario lancée en novembre 2020, le programme vise à prêter main-forte aux foyers de soins de longue durée qui manquent de personnel et qui étaient débordés par la pandémie de COVID-19. L’Hôpital d’Ottawa y participe comme organisme partenaire et appuie et supervise le recrutement, la formation et l’affectation des aides de service aux résidants dans les foyers de soins de longue durée participants.

« Comme organisme partenaire, nous allégeons le fardeau administratif des foyers pour qu’ils puissent se concentrer sur les soins tout en obtenant des ressources humaines essentielles », affirme Andrée Kaspardlov, directrice intérimaire de l’Agilité des effectifs et responsable des ressources humaines du programme de la Réserve ontarienne à L’Hôpital d’Ottawa. « L’Hôpital d’Ottawa participe comme partenaire parce que nous avons vu de très près l’impact de la pandémie sur les foyers de soins de longue durée, où nous avions affecté beaucoup de membres de notre personnel pendant la première vague. Nous savions qu’à titre de partenaire, nous pouvions continuer de les aider. »

Toute personne de plus de 18 ans peut faire une demande pour devenir aide de service aux résidants, mais nous cherchons surtout à recruter des étudiants et des personnes qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie. Nous cherchons entre autres à les aider à réintégrer le marché du travail et à faire une différence dans la collectivité.

« Beaucoup des personnes qui sont devenues aides de service aux résidents ont vu ce qui s’est passé pendant la première vague de la pandémie et voulaient aider d’une manière ou d’une autre », explique Andrée.

« Le programme a connu un grand succès à Ottawa parce que nous avons pris le temps de comprendre ce dont chaque foyer a besoin et d’y adapter le rôle d’aide de service aux résidants. »

Affecter les aides de service aux résidants là où le besoin est le plus grand

Marnie Cooper, gestionnaire des opérations du programme de la Réserve ontarienne de ressources humaines pour le soutien aux aînés à L’Hôpital d’Ottawa, s’assure que les aides de service aux résidants possèdent les compétences requises pour répondre aux besoins des foyers de soins de longue durée où ils travaillent. 

Après avoir suivi 15 heures de formation en ligne et l’orientation générale de L’Hôpital d’Ottawa, les aides de service aux résidants sont prêts à être affectés à des foyers de soins de longue durée dans la ville.

Pour s’assurer qu’ils sont déployés là où le besoin est le plus pressant, Marney Cooper, ancienne infirmière spécialisée en gériatrie et maintenant gestionnaire des opérations du programme de la Réserve ontarienne à L’Hôpital d’Ottawa, discute longuement avec les foyers de soins de longue durée afin de connaître leurs besoins particuliers.

« Le programme a connu un grand succès à Ottawa parce que nous avons pris le temps de comprendre ce dont chaque foyer a besoin et d’y adapter le rôle d’aide de service aux résidents », précise Marney.

En mai 2021, L’Hôpital d’Ottawa avait embauché plus de 120 aides de service aux résidants et recruté six foyers de soins de longue durée pour le programme. D’autres foyers se joindront bientôt à eux. Récemment, l’Hôpital a franchi un nouveau cap : il a déployé plus de 75 aides de services aux résidants dans des foyers de soins de longue durée.

L’Hôpital prépare un plan pour offrir le programme à des collectivités rurales de la région de Champlain, où de petits foyers de soins de longue durée ont besoin d’aide.

Marney affirme que les foyers de soins de longue durée ont donné en très grande majorité des commentaires positifs sur le programme. 

« Lorsque je suis entrée, ma résidante sautait de joie. Je savais qu’elle était heureuse de me voir et j’étais très reconnaissante de pouvoir travailler avec elle. »

« Les membres du personnel des foyers m’ont expliqué que l’année avait été difficile et qu’ils fonctionnaient tous à un rythme plus qu’effréné. Avoir des aides de service aux résidants, qui sont si bienveillants avec les résidants, leur a donné la possibilité de respirer et d’exceller dans leurs fonctions », explique Marney.

« J’ai maintenant un but dans la vie »

Pendant deux mois, Judie a constaté de ses propres yeux les immenses bienfaits que les aides de service aux résidants peuvent apporter aux résidants de foyers de soins de longue durée.

« Lorsque je suis entrée, ma résidante sautait de joie. Je savais qu’elle était heureuse de me voir et j’étais très reconnaissante de pouvoir travailler avec elle, dit Judie. Sa famille rapporte qu’elle est plus heureuse qu’elle l’était avant la pandémie. »

Judie ne participe plus au programme, mais être aide de service aux résidants a eu un profond effet dans sa vie.

« J’ai fait un bon parcours entre le décès de mes deux parents pendant la pandémie et la possibilité de voir des résidants si heureux dans ces foyers, dit-elle. Cela m’a aidé à surmonter bien des problèmes, car j’avais un but dans la vie. »

Accroître les effets positifs des aides de service aux résidants

Le programme étant maintenant rodé, L’Hôpital d’Ottawa cherche à aider les aides de service aux résidants à avoir une influence encore plus grande sur les résidants des foyers de soins de longue durée dans la région.

L’Hôpital offre maintenant à des aides de service aux résidants une formation additionnelle sur les résidants qui ont des troubles cognitifs. Les aides apprennent à approcher les résidants avec douceur et persuasion grâce à des techniques de désescalade de conflit et à d’autres compétences pratiques.

Les aides de service qui ont reçu cette formation servent de compagnons aux résidants qui viennent d’emménager dans un foyer et qui doivent s’isoler pendant 14 jours. Leur accompagnement favorise leur adaptation à leur nouvel environnement et à leur nouvelle routine.

Pour en savoir plus sur le programme des aides de service aux résidents à L’Hôpital d’Ottawa, veuillez écrire à LTCResidentSupportAide@lho.ca.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

Faites de la bienveillance envers soi un mode de vie : cinq conseils pour démarrer

Se traiter avec gentillesse aide à réduire le stress dans notre vie et favorise notre compassion. Vous cherchez des idées? Découvrez comment certains de nos professionnels de la santé ont fait de la bienveillance envers soi un mode de vie.

« L’Hôpital m’a accordé mon congé, mais  j’y suis revenu faire du bénévolat » : Maxime, ancien patient et codeur bénévole

Maxime Bilodeau a décidé de devenir bénévole à L’Hôpital d’Ottawa après un séjour aux unités de soins de courte durée et de réadaptation. « J’ai beaucoup remarqué le travail des bénévoles. Après ma sortie de l’hôpital, dès que j’ai pu le faire, j’y suis devenu bénévole », explique Maxime.

Bao-Anh fait du bénévolat en dépit de son horaire chargé d’infirmière

Bao-Anh Vuong fait du bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa depuis qu’elle était élève à l’école secondaire. Aujourd’hui, dix ans plus tard, elle est infirmière à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa et membre d’une équipe de bénévoles chevronnés qui recrutent et intègrent les nouveaux bénévoles.

Jocelyn inspire la relève dans le cadre du programme de stage virtuel pour les élèves du secondaire

Le bénévolat est une seconde nature chez Jocelyn Niven. « Je tiens ça de mon éducation. Je viens d’une famille de militaires. Aussi longtemps que je me souvienne, ma mère nous inscrivait partout pour faire du bénévolat. » Aujourd’hui devenue militaire, Jocelyn est la modératrice du programme de stage étudiant à l’Hôpital.

Joanna aide les patients en chimiothérapie à naviguer des lendemains incertains

Un diagnostic de cancer est un événement bouleversant qui annonce des lendemains incertains. Chaque combat contre le cancer est unique. Or, la majorité des patients qui commencent une chimiothérapie ont en commun le fait qu’ils ne savent pas comment le traitement se déroulera. C’est là qu’interviennent la bénévole Joanna Reid et le programme d’information sur la chimiothérapie (Chemo Teach) à L’Hôpital d’Ottawa.

Claude offre café et compagnie aux patients du Centre de réadaptation

Claude Bédard est à la retraite et fait du bénévolat au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa. En partenariat avec le programme des loisirs du Centre, Claude et quelques autres bénévoles ont fondé un café-club où ils offrent du café et de la compagnie aux patients deux fois par semaine.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.