Back to Top Le nouveau bureau d’information virtuel rapproche les patients et les bénévoles durant la pandémie de COVID-19. - L'Hôpital d'Ottawa
 

Le nouveau bureau d’information virtuel rapproche les patients et les bénévoles durant la pandémie de COVID-19.

 
The_Ottawa_Hospital_Virtual_Informaition_Desk_Ulyana_Osorio_and_SuzanneLariviere

Janet Laba porte sa veste bleue de bénévole et se prépare à aider les nombreux patients et leur famille qui visitent les bureaux d’information de l’Hôpital. Or, au lieu de se rendre sur place, Janet s’installe plutôt devant son ordinateur à la maison.

Janet fait partie des 50 bénévoles qui fournissent désormais des services et du soutien empreints de compassion grâce au nouveau bureau d’information virtuel de L’Hôpital d’Ottawa – le premier du genre dans un hôpital au Canada.

Le bureau d’information virtuel est un concept assez simple. Une fois connectés, les bénévoles apparaissent sur un grand écran installé au bureau d’information des campus Civic et Général de l’Hôpital. Ils utilisent Microsoft Teams pour communiquer en direct avec les visiteurs qui se présentent devant le bureau via une connexion vidéo sécurisée.

« Il s’agit d’une grande adaptation, mais notre enthousiasme à aider les gens est bien plus grand », affirme Janet, bénévole à L’Hôpital d’Ottawa depuis 1985.

: Janet Laba apparaît à l’écran du bureau d’information virtuel de L’Hôpital d’Ottawa.
Janet Laba est l’une des 50 bénévoles du bureau d’information virtuel de L’Hôpital d’Ottawa. Les bénévoles et les visiteurs peuvent ainsi se voir et se parler en temps réel par l’entremise d’une connexion vidéo sécurisée.

En mars, l’Hôpital avait demandé à plus de 1 400 bénévoles de rester à la maison en raison de la pandémie de COVID-19. Janet était donc ravie de pouvoir continuer d’aider la collectivité de cette façon.

Or, il faut quand même s’habituer à aider les visiteurs virtuellement.

« C’est un peu bizarre de travailler à partir de la maison, dit-elle. Le contact et les conversations en personne me manquent, mais on arrive quand même à créer un rapport avec les visiteurs malgré l’écran. On continue de se familiariser avec le processus et chaque jour apporte son lot de surprises. »

Ulyana Osorio, coordonnatrice des Ressources bénévoles au Campus Civic, est celle qui a proposé les services à distance, une idée qui lui est venue après avoir tenu une conversation vidéo avec un bénévole de l’Hôpital.

Ulyana en a alors parlé avec Suzanne Lariviere, coordonnatrice des Ressources bénévoles au Campus Général, qui a tout de suite cru au projet. Ensemble, Ulyana et Suzanne ont soumis le projet à Stephen Roos et à son équipe des Services audiovisuels pour étudier sa faisabilité à l’Hôpital.

« Stephen Roos, Alain Audette et l’équipe des Services audiovisuels ont concrétisé notre vision de façon si élégante et raffinée », affirme Suzanne.

« Le projet tombe à point, affirme Ulyana. Le nombre de patients et de visiteurs augmente progressivement et ils ont besoin d’aide pour trouver leur destination. Tant qu’à avoir la technologie, pourquoi ne pas l’utiliser pour permettre à nos bénévoles de faire leur excellent travail virtuellement? Après tout, les bénévoles sont le cœur de l’Hôpital! »

Les bureaux d’information virtuels offrent également d’autres avantages. Comme les bénévoles apportent leur aide à partir de la maison, ils n’ont pas besoin d’utiliser d’ÉPI (équipement de protection individuel) et les échanges ne posent aucun risque de transmission du virus.

« Il n’a fallu que quatre semaines pour réaliser l’idée, explique Suzanne. Le projet n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien et les encouragements de notre équipe de direction. » Cette équipe compte Sherri Daily, gestionnaire des Ressources bénévoles, Laura MacDonald, directrice des Relations de travail et des Ressources bénévoles, et de Renée Légaré, vice-présidente exécutive des Ressources humaines.

« Après tout, les bénévoles sont le cœur de l’Hôpital! »

Le succès de l’initiative est tel que d’autres hôpitaux ont communiqué avec L’Hôpital d’Ottawa pour savoir comment se doter eux aussi d’un bureau d’information virtuel.

Pour aider le public, les bénévoles s’inscrivent pour des quarts de deux heures entre 7 h 30 et 15 h 30, voire pour une durée plus longue si la demande augmente. Le bureau d’information virtuel continuera d’être en service jusqu’à nouvel ordre.

Si vous n’avez pas encore vu le bureau d’information virtuel en action, n’hésitez pas à vous arrêter devant un des écrans installés aux campus Civic et Général pour y saluer les bénévoles.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

Un outil conçu à Ottawa aide à déterminer si un patient gravement malade peut respirer par lui-même

Durant les deux dernières années de pandémie, la ventilation artificielle a été nécessaire chez un nombre inédit de Canadiens pour les aider à respirer. L’Hôpital d’Ottawa est le premier établissement au monde à évaluer un dispositif médical novateur qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour déterminer à quel moment un patient gravement malade peut être extubé en toute sécurité.

« Personne ne devrait se sentir seul au travail » : un nouveau réseau aide les employés autochtones à tisser des liens

Le Réseau des employés autochtones est un lieu propice aux liens, à l’échange et à l’écoute qui permet de soutenir les employés autochtones à L’Hôpital d’Ottawa. Mackenzie Daybutch, coordonnatrice de programme, Autochtone et instigatrice du réseau, explique pourquoi il devrait y en avoir un dans tous les hôpitaux.

« Lorsque je me sentais seul, elles étaient là » : Célébrons la Semaine des soins infirmiers

En cette troisième année de la pandémie, des patients et des familles montrent par des témoignages personnels touchants de quelles manières les infirmières ont répondu à l’appel.

« L’Hôpital m’a accordé mon congé, mais  j’y suis revenu faire du bénévolat » : Maxime, ancien patient et codeur bénévole

Maxime Bilodeau a décidé de devenir bénévole à L’Hôpital d’Ottawa après un séjour aux unités de soins de courte durée et de réadaptation. « J’ai beaucoup remarqué le travail des bénévoles. Après ma sortie de l’hôpital, dès que j’ai pu le faire, j’y suis devenu bénévole », explique Maxime.

Bao-Anh fait du bénévolat en dépit de son horaire chargé d’infirmière

Bao-Anh Vuong fait du bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa depuis qu’elle était élève à l’école secondaire. Aujourd’hui, dix ans plus tard, elle est infirmière à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa et membre d’une équipe de bénévoles chevronnés qui recrutent et intègrent les nouveaux bénévoles.

Jocelyn inspire la relève dans le cadre du programme de stage virtuel pour les élèves du secondaire

Le bénévolat est une seconde nature chez Jocelyn Niven. « Je tiens ça de mon éducation. Je viens d’une famille de militaires. Aussi longtemps que je me souvienne, ma mère nous inscrivait partout pour faire du bénévolat. » Aujourd’hui devenue militaire, Jocelyn est la modératrice du programme de stage étudiant à l’Hôpital.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.