Back to Top L’AVC silencieux est courant et l’une des principales causes de démence | L'Hôpital d'Ottawa
 
Tags:

L’AVC silencieux est courant et l’une des principales causes de démence

 
Silent strokes common, and a major cause of dementia

Les gens peuvent cependant influencer les effets de l’âge en adoptant une alimentation saine et en faisant régulièrement de l’exercice, et ainsi considérablement réduire les risques de subir un AVC silencieux, affirme le Dr Antoine Hakim.

L’AVC silencieux est plus courant qu’on le croit, en plus de présenter l’une des principales causes de démence, selon le Dr Antoine Hakim, auteur d’un article à ce sujet publié récemment dans la prestigieuse revue Nature.

Un AVC silencieux peut survenir sans provoquer les signes et symptômes habituels d’un AVC, comme un engourdissement, de la confusion et des étourdissements soudains. Même si la victime ne s’en rend habituellement pas compte, l’AVC silencieux cause des dommages au cerveau et augmente les risques d’un AVC majeur dans l’avenir.

Entre8 et 28 % de la population a déjà été la proie d’un AVC silencieux, dont l’incidence augmente chez les personnes âgées de 70 ans et plus et celles qui ont des problèmes de santé vasculaire.

« La fréquence de l’AVC silencieux est son aspect le plus troublant », écrit le DHakim. En effet, en 1998, environ neuf millions de personnes aux États-Unis ont subi un AVC silencieux, comparativement à 770 000 victimes d’un AVC évident. Au Canada, ce serait l’équivalent de 600 000 AVC silencieux et 50 000 AVC majeurs par année.

Les mauvaises habitudes de vie et d’autres facteurs, comme le diabète, l’hypertension, la dépression, le tabagisme et l’obésité, haussent les risques d’AVC silencieux. Comme le cerveau est plus sensible que le cœur à la haute pression, à l’obésité et à la sédentarité, le Dr Hakim insiste sur le fait qu’en vieillissant, la population doit adopter de meilleures habitudes alimentaires et un mode de vie plus actif.

Si vous remarquez des signes persistants de dommage au cerveau, comme un trouble soudain de la mémoire, un changement inattendu de personnalité ou une baisse de la capacité physique, consultez immédiatement un médecin, conseille le Dr Hakim.

Chez les aînés, les AVC silencieux contribuent beaucoup à la démence, un problème qui risque de s’accroître à mesure que la population canadienne vieillit.« La démence est une maladie de vieillesse », souligne le Dr Hakim. Statistiques Canada estime que, d’ici 2031,près de un quart de la population du pays sera âgée de 65 ans ou plus.

« Les gens peuvent cependant influencer les effets de l’âge en adoptant une alimentation saine et en faisant régulièrement de l’exercice, et ainsi considérablement réduire les risques de subir un AVC silencieux. L’aspect positif à retenir, c’est justement notre capacité à contrôler comment nous vieillissons pour diminuer la prévalence de la démence », conclut le Dr Hakim.

Lire l’article complet dans la revue Nature

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.