Back to Top Implants cochléaires : une solution possible lorsque les appareils auditifs ne suffisent pas - L'Hôpital d'Ottawa
 

Implants cochléaires : une solution possible lorsque les appareils auditifs ne suffisent pas

 
Wayne Herrick, swimming, touches a dolphin’s chin with his hand.

Lorsque le clinicien d’une entreprise d’appareils auditifs lui a suggéré la pose d’un implant cochléaire, Wayne Herrick n’en avait jamais entendu parler. Père de trois enfants et grand-père quatre fois, il vivait avec une perte auditive depuis sa vingtaine. Pendant trois décennies, il s’est fié à des appareils auditifs de plus en plus puissants pour essayer d’entendre les gens autour de lui. Les appareils auditifs ne font toutefois qu’amplifier l’audition, et la capacité auditive de Wayne diminuait chaque jour. Il avait donc besoin d’une nouvelle solution rapidement, car il risquait la surdité.

Qu’est-ce qu’un implant cochléaire?

Un implant cochléaire

Un implant cochléaire est un dispositif électronique qui remplace les cellules auditives endommagées ou absentes de l’oreille interne, également appelée cochlée. Ces cellules auditives transmettent normalement une stimulation aux fibres du nerf auditif. Lorsque ces cellules auditives sont gravement endommagées, on peut parfois insérer un implant cochléaire pour les remplacer artificiellement.

La technologie a évolué au fil des ans. Un implant peut maintenant s’intégrer par un système Bluetooth à une télé, à un téléphone ou à un autre appareil pour acheminer directement le son à l’implant.

Quelle est la différence entre un implant cochléaire et un appareil auditif?

Un appareil auditif amplifie le son afin qu’une oreille endommagée puisse le percevoir. Un implant cochléaire contourne la partie endommagée de l’oreille afin de stimuler directement le nerf auditif, ce qui réactive les fréquences utilisées pour capter les sons qui étaient devenues inactives à cause de la perte auditive.

Vue de l’intérieur d’une oreille qui montre le receveur, le transmetteur, le processeur de parole, le microphone, l’oreille moyenne, la cochlée (dans l’oreille interne) et le nerf auditif et vue agrandie qui montre l’électrode dans la cochlée.
Un implant cochléaire améliore l’audition en contournant la partie endommagée de l’oreille afin de stimuler directement le nerf auditif.

À mesure que l’audition de Wayne diminuait, même avec l’utilisation d’appareils auditifs, il s’est retrouvé à l’écart de la vie active. Il avait de plus en plus de difficulté à parler au téléphone et à participer aux réunions au travail.

« Je ne pouvais plus fonctionner, se souvient-il. Mon travail m’amenait à interagir avec le public et d’autres intervenants. C’était le début de l’ère des téléconférences et j’étais complètement perdu quand je ne pouvais pas voir le visage des gens ou lire sur les lèvres. »

Il s’est même éloigné des personnes et des activités qu’il aimait le plus.

« Je n’avais pas envie de parler à quiconque, poursuit-il. Personne n’avait envie de me parler parce que je n’entendais rien. »

Programme d’implant cochléaire de L’Hôpital d’Ottawa

Membres de l’équipe du Programme d’implant cochléaire de L’Hôpital d’Ottawa
L’équipe du Programme d’implant cochléaire de L’Hôpital d’Ottawa s’efforce d’aider chaque patient à optimiser sa capacité auditive.

Le Programme d’implant cochléaire de L’Hôpital d’Ottawa est l’un des trois seuls programmes en Ontario qui offrent la chirurgie d’implants cochléaires aux adultes. Il est en place depuis 1993 et a permis de réaliser plus de 1 000 chirurgies à ce jour. Des audiologistes et d’autres professionnels de l’audition de la région y transmettent environ 150 demandes par année.

En plus d’être réputée pour son expertise médicale, l’équipe du programme est reconnue pour ses soins empreints de compassion.

« Beaucoup de patients nous confient que nous faisons maintenant un peu partie de leur famille. Lorsqu’ils viennent nous voir, nous nous rappelons leur nom et leur histoire. Nous savons qu’ils ont un petit-enfant ou qu’ils viennent d’avoir un bébé », explique Camille Lacasse, docteure en audiologie et audiologiste à L’Hôpital d’Ottawa. « Notre porte sera toujours ouverte. Nous nous surpasserons toujours pour trouver une façon de les aider. »

Qui peut recevoir un implant cochléaire?

Un adulte peut être admissible à recevoir un implant cochléaire si un appareil auditif dans une ou deux oreilles ne suffit pas.

Voici quelques questions à vous poser avant de l’envisager, même si vous portez un ou des appareils auditifs.

  1. Vous sentez-vous plus isolé parce que vous ne pouvez pas fonctionner aussi bien dans des endroits bruyants ou en groupe?
  2. Avez-vous du mal à entendre les gens au téléphone, la télévision ou la musique?
  3. Avez-vous de la difficulté à comprendre les gens lorsque vous ne pouvez pas voir leurs lèvres (par exemple lorsqu’ils portent un masque)?
  4. Demandez-vous souvent aux gens d’écrire ce qu’ils veulent vous dire?
  5. Avez-vous du mal à localiser la provenance d’un son (par exemple des voitures ou une alarme?
  6. Êtes-vous inquiet pour votre propre sécurité et votre capacité à entendre ce qui est important?

Si vous avez répondu oui à une ou à plusieurs de ces questions, vous pourriez être admissible à recevoir un implant cochléaire. Écrivez à Shelly Armstrong (sarmstrong@lho.ca) pour obtenir de plus amples renseignements.

« Quel est ce bruit? »

Wayne Herrick
Wayne a immédiatement remarqué une amélioration de son audition dès l’activation de l’implant cochléaire à L’Hôpital d’Ottawa.

L’équipe d’audiologistes du Programme d’implant cochléaire a confirmé que Wayne répondait parfaitement aux critères d’admissibilité. Il a obtenu une première chirurgie à l’oreille gauche en 2011. Les patients doivent attendre quatre à six semaines que l’incision guérisse avant de pouvoir faire activer l’implant. Ces six semaines ont été particulièrement difficiles pour Wayne, car il ne pouvait compter que sur un seul appareil auditif.

Après la guérison complète, le temps était venu d’activer l’implant.

« J’ai commencé à entendre des sons dès l’activation, mais c’était très étrange, ajoute-t-il. On aurait dit que tout le monde parlait comme Alvin et les Chipmunks. C’était assez stupéfiant. »

Wayne savait qu’il devait être patient pendant qu’il s’adaptait à l’implant, mais il a quand même remarqué tout de suite des améliorations surprenantes.

« Pendant que ma femme me ramenait à la maison après l’activation, je lui ai demandé quel était ce bruit que je venais d’entendre. C’était le clignotant de la voiture! »

Retisser les liens familiaux

Wayne a collaboré avec l’équipe du programme pour personnaliser les réglages de son implant – une étape importante. Les changements les plus spectaculaires surviennent généralement dans les six premiers mois qui suivent la chirurgie. Un moment émouvant que Wayne n’oubliera jamais s’est toutefois produit environ un mois après l’activation.

« J’étais sur la terrasse d’un café avec ma famille pour fêter mon anniversaire quand j’ai senti tirer légèrement sur ma manche. C’était mon petit-fils de quatre ans qui me demandait s’il pouvait avoir une part de gâteau avec des roses dessus. C’était la première fois que je l’entendais parler. »

Apprécier la musique à nouveau

Wayne a fait installer le second implant dans l’oreille droite en janvier 2017. Comme il l’espérait, les résultats ont été encore meilleurs que la première fois.

Entendre les voix de sa famille a été une étape importante, qui a été suivie de bien d’autres, dont apprécier à nouveau la musique.

« Avant ma première chirurgie, ma femme et moi sommes allés voir Elton John en concert. Ce fut un véritable gaspillage d’argent, affirme-t-il. J’ai grandi en écoutant ce chanteur, donc je connaissais toutes les chansons. Ce soir-là, par contre, je ne pouvais pas dire laquelle il chantait. Je n’entendais que du bruit. Depuis mes chirurgies, nous sommes allés voir Bryan Adams, Gordon Lightfoot, Burton Cummings, Tina Turner, Chicago – c’est tout simplement merveilleux! »

Se fixer des attentes réalistes

Wayne estime que les deux implants cochléaires lui permettent d’entendre mieux que les personnes de son âge en moyenne. Son audition n’est toutefois pas parfaite.

« Je dis aux gens qu’ils ne pourront pas entendre comme ils le faisaient dans leur vingtaine. S’ils récupèrent 50 % de leur capacité auditive, ce sera déjà beaucoup mieux que ce qu’ils ont maintenant. »

Reprendre une vie active

Wayne aime mener une vie active et est ravi de mieux entendre grâce à ses implants cochléaires.
Wayne aime mener une vie active et est ravi de mieux entendre grâce à ses implants cochléaires.

Depuis qu’il entend mieux, Wayne a hâte de reprendre un style de vie actif, notamment de faire du sport, des voyages à l’étranger et des rencontres intéressantes.

Wayne est actuellement président d’un groupe de soutien en matière d’implants cochléaires. Il fournit des renseignements et du soutien aux patients possiblement admissibles à recevoir un implant cochléaire et aux personnes qui ont eu la chirurgie. Il est également bénévole pour Cochlear Canada.

« Maintenant, j’ai hâte de parler aux gens, affirme-t-il. Les implants changent complètement la vie. »

Wayne est très reconnaissant du professionnalisme et des excellents soins qu’il a reçus du DSchramm et de tous les audiologistes du Programme d’implant cochléaire de L’Hôpital d’Ottawa. Ils ont rétabli son audition et, en plus, il a l’occasion chaque mois d’apprendre comment cette équipe a amélioré la vie de tant de personnes.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Repousser ses limites : un soldat canadien mène une vie exceptionnelle avant et après l’explosion d’une bombe artisanale

Après avoir subi de graves blessures pendant l’explosion d’une bombe artisanale en Afghanistan, le sergent Bjarne Nielsen a entamé un cheminement qui l’a mené en réadaptation spécialisée à L’Hôpital d’Ottawa.

La COVID-19 transforme des vacances de rêve en véritable cauchemar

Les plages sous le soleil ont laissé place à la peur et à l’incertitude lorsque Jim et Joanne Booth, mariés depuis 57 ans, ont reçu un diagnostic de COVID 19 en mars 2020. Lisez le récit de leur retour à la maison pour recevoir des soins vitaux à L’Hôpital d’Ottawa.

Une clinique qui offre beaucoup plus que des soins dentaires aux patients vivant avec l’autisme, le cancer et d’autres problèmes de santé complexes

Jean-Marc Lang est atteint d’autisme, d’épilepsie et d’un important retard de développement accompagné de comportements rituels qui s’apparentent à un trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Où vont les gens ayant des besoins complexes pour recevoir des soins dentaires quand les cliniques ordinaires ne peuvent pas les aider? Pour beaucoup de patients d’Ottawa et des environs, la Clinique dentaire de L’Hôpital d’Ottawa est la solution.

Les aides de service aux résidants : accompagner et aider les aînés qui reçoivent des soins de longue durée

Judie Wheeland est devenue aide de service aux résidants dans un foyer de soins de longue durée après s’être occupée de ses parents âgés. Un nouveau programme provincial appuyé par L’Hôpital d’Ottawa a aidé Judie et d’autres à recevoir une nouvelle formation et à apporter un soutien aux aînés dans des foyers de soins de longue durée de la région.

Un patient exprime sa gratitude pour le personnel de l’Urgence qui lui a sauvé la vie

Transporté d’urgence à L’Hôpital d’Ottawa, Michael Crawford veut remercier ceux qui lui ont sauvé la vie.

« Mes infirmières m’ont rassuré et renforcé ma confiance » : un hommage aux infirmières durant la pandémie de COVID-19

À l’occasion de la Semaine des soins infirmiers de 2021, la Debra Bournes, Ph.D., chef des soins infirmiers et vice-présidente du Programme régional de cancérologie à L’Hôpital d’Ottawa, transmet les sincères remerciements des patients et témoigne sa gratitude envers les infirmières pour leurs soins empreints de compassion durant la pandémie de COVID 19.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.