Back to Top Diabète de type 2 : signes avant-coureurs, réduction du risque et soutien - L'Hôpital d'Ottawa
 

Diabète de type 2 : signes avant-coureurs, réduction du risque et soutien

 
A blood glucose meter.

En 1921, des chercheurs de l’Ontario ont fait une percée qui a marqué un tournant dans le traitement du diabète. La découverte de l’insuline a changé l’issue de la maladie, qui est devenue un problème de santé gérable au lieu d’une condamnation à une mort certaine.

À l’occasion du centenaire de ce médicament vital, le Canada enregistre une hausse des taux de diabète. Aujourd’hui, un Canadien sur trois a le diabète ou le prédiabète. Le diabète de type 2, qui touchait surtout les adultes par le passé, est devenu la forme la plus courante, et ce, auprès d’un nombre croissant de jeunes.  

Sans traitement, le diabète de type 2 peut entraîner de graves complications, notamment une maladie rénale, une cécité, une crise cardiaque et un AVC.

« D’où l’importance d’informer votre équipe de soins si vous pensez en avoir un symptôme ou un facteur de risque », affirme Annie Garon-Mailer, infirmière de pratique avancée au Centre Foustanellas d’endocrinologie et du diabète de L’Hôpital d’Ottawa, le principal centre de référence pour les soins complexes du diabète dans l’Est de l’Ontario.

Il s’agit d’un problème de santé gérable, mais seulement quand il est bien diagnostiqué.

« C’est tellement gratifiant d’aider les patients à gérer la maladie et de voir à quel point quelques changements du mode de vie peuvent alléger les symptômes et améliorer la qualité de vie. »

Reconnaître les facteurs de risque peut vous aider à diminuer votre risque d’avoir le diabète de type 2.

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète empêche le corps de transformer les aliments en énergie.

Le diabète de type 1 empêche la production d’insuline et le corps devient insulinodépendant. Le diabète de type 2 perturbe l’utilisation efficace de l’insuline produite par le corps. L’insuline contrôle le taux de sucre (glucose) dans le sang et permet au glucose dans les aliments d’entrer dans les cellules du corps pour se transformer en énergie.

Le diabète de type 1 survient souvent pendant l’enfance ou l’adolescence. Le diabète de type 2 apparaît habituellement chez l’adulte, mais touche de plus en plus d’enfants. Environ 90 % des personnes diabétiques ont le diabète de type 2.

Quels sont les symptômes courants du diabète?

Le diabète de type 2 se manifeste souvent par les symptômes suivants :

  • Augmentation de la soif
  • Augmentation de la faim
  • Urination fréquente
  • Gain ou perte de poids marquée
  • Fatigue ou perte d’énergie extrême
  • Vision trouble
  • Infections fréquentes ou récurrentes
  • Coupures et ecchymoses (bleus) à guérison lente
  • Engourdissement ou picotements dans les mains ou les pieds
  • Difficulté à obtenir ou à maintenir une érection
  • Acidocétose diabétique (une complication grave et potentiellement mortelle)

Cependant, certaines personnes qui ont reçu un diagnostic du diabète de type 2 ne manifestent aucun symptôme.

Quels sont les facteurs de risque?

Votre risque d’avoir le diabète de type 2 augmente si vous avez l’un des problèmes de santé suivants :

  • Tension artérielle (pression) élevée
  • Cholestérol élevé
  • Indice de masse corporelle élevé (surtout si vous emmagasinez de la graisse dans l’abdomen)
  • Prédiabète
  • Syndrome des ovaires polykystiques
  • Troubles psychiatriques (schizophrénie, dépression et trouble bipolaire)
  • Apnée obstructive du sommeil
  • Plaques de peau épaissie, assombrie et rugueuse (acanthosis nigricans)

Vous êtes également à risque si vous avez plus de 40 ans, si vous avez des antécédents de diabète dans votre famille immédiate et si (on ne sait pas pourquoi) vous êtes d’origine africaine, arabe, asiatique, hispanique, autochtone ou sud-asiatique.

Pour évaluer votre risque, répondez au questionnaire canadien sur le risque de diabète.

Comment diminuer vos risques?

À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen connu de diminuer le risque d’avoir le diabète de type 1. Par contre, plusieurs changements de mode de vie peuvent vous aider à réduire votre risque d’avoir le diabète de type 2 :

  • Mangez sainement : commencez par adopter une alimentation saine. Assurez-vous d’inclure les aliments de base suivants : fruits, légumes, protéines d’origine végétale, grains entiers, produits laitiers, viandes maigres, poisson gras, noix et huiles saines.
  • Faites de l’exercice régulièrement : une vie active procure beaucoup d’avantages pour la santé, tant physique que mentale. Si vous travaillez assis toute la journée, levez-vous et bougez souvent, à des intervalles de 20 ou 30 minutes.
  • Maintenez un poids santé : si vous avez le prédiabète et un surpoids, perdre 5 % de votre poids peut retarder ou même prévenir le diabète de type 2.

Comment gérer le diabète de type 2?

Le traitement du diabète est souvent associé à des injections d’insuline. En réalité, le traitement à l’insuline n’est pas systémique pour le diabète de type 2. Les mêmes changements du mode de vie qui peuvent diminuer le risque d’avoir le diabète de type 2 peuvent aussi aider à gérer le taux de sucre dans le sang, qui se contrôle à la maison à l’aide d’un glucomètre. L’insuline n’est pas le seul médicament disponible non plus. Depuis la découverte de l’insuline il y a un siècle, les avancées ont été nombreuses, notamment des médicaments oraux et des injections sans insuline.

Le diabète est une maladie chronique que vous pouvez gérer par des changements de mode de vie et la prise de médicaments. Malgré le stress associé au diagnostic initial, vous pouvez continuer d’avoir une excellente qualité de vie. Si vous venez de recevoir un diagnostic de diabète ou que vous cherchez des stratégies pour mieux contrôler la maladie, L’Hôpital d’Ottawa est là pour vous aider à atteindre vos objectifs.

Faites la découverte des ressources de L’Hôpital d’Ottawa en matière de diabète.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

Les produits de remplacement de la nicotine fonctionnent-ils vraiment? Une experte répond à vos questions sur l’abandon du tabac.

Cesser de fumer est l’un des meilleurs gestes que vous pouvez faire pour favoriser votre santé, mais ce n’est pas facile d’y parvenir. Prenez connaissance des réponses fondées sur des faits scientifiques aux questions courantes sur l’abandon du tabac pour vous aider à écraser pour de bon.

Vous voulez arrêter de fumer? Nous avons des ressources pour vous aider.

Vous envisagez d’arrêter de fumer? Vous n’avez pas besoin d’être un patient de l’Hôpital pour accéder aux programmes d’abandon du tabac de l’Hôpital afin d’obtenir de l’aide pour arrêter de fumer.

Prévenir les chutes : conseils probants pour les aînés

Les chutes ne sont pas une étape normale du vieillissement. Voici des conseils éprouvés pour prévenir les chutes et accroître la stabilité.

Cinq raisons importantes de passer un test de dépistage de l’hépatite

L’hépatite est une maladie grave qui peut parfois ne causer aucun symptôme. Voici cinq raisons importantes de passer un test de dépistage de l’hépatite.

Prévenez le cancer de la peau : repérez les signes de mélanome

En cherchant sur votre corps les signes de cancer de la peau, vous pourrez le détecter et le traiter rapidement. Apprenez comment dépister correctement le mélanome grâce aux conseils de la Dre Jennifer Beecker, dermatologue à L’Hôpital d’Ottawa.

La lotion solaire expirée est-elle encore efficace? Des réponses claires aux questions qui vous brûlent les lèvres

Les écrans solaires contribuent à vous protéger contre le cancer de la peau (notamment le mélanome) et les dommages causés par le soleil, mais savez-vous vraiment comment les utiliser? Peut-on utiliser une lotion solaire expirée? Les personnes à la peau foncée ont-elles besoin d’un écran solaire? La Dre Jennifer Beecker, dermatologue à L’Hôpital d’Ottawa, nous éclaire – et ses réponses pourraient vous surprendre.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.