Back to Top Des chercheurs communiquent aux jeunes leur passion pour les sciences - L'Hôpital d'Ottawa
 

Des chercheurs communiquent aux jeunes leur passion pour les sciences

 
Marissa Lithopoulos

Chercheuse sur les cellules souches et étudiante au doctorat, Marissa Lithopoulos est bénévole dans le cadre du programme Parlons sciences depuis 2014. Le volet de ce programme national à l’Université d’Ottawa fête ses 25 ans cette année. Photo : Zhaoyi Chen.

Marissa Lithopoulos s’est toujours passionnée pour les sciences.

« Petite, mon émission préférée était “Bill Nye the Science Guy” et je rêvais de devenir comme lui un jour. »

Marissa a véritablement la « piqûre » depuis qu’elle a commencé à animer, en 2014, des activités scientifiques dans les écoles dans le cadre du programme Parlons sciences.

« J’ai commencé à l’élémentaire, et pour ces enfants, on est comme un magicien », affirme l’étudiante au doctorat, qui travaille à L’Hôpital d’Ottawa. « Nous créons des volcans et des substances gluantes en classe et les jeunes embarquent à plein. Ils nous regardent ébahis, comme s’ils se disaient : “Wow, tu es une scientifique!” »

Marissa fait partie des 254 bénévoles de l’Université d’Ottawa qui participent à Parlons sciences, organisme qui fête ce mois-ci son 25e anniversaire dans notre région.

Plus tard, Marissa est passée des éruptions volcaniques aux cellules souches, son domaine d’expertise, dans les classes du secondaire. Avec ses collègues du doctorat et chercheurs sur les cellules souches Will Chen, Zhaoyi Chen et Tanya Foley, elle a aussi organisé à l’intention des élèves du secondaire un colloque annuel appelé StemCellTalks, sur la biologie des cellules souches et les politiques et l’éthique touchant leur emploi. Par ailleurs, les chercheurs Marie-Ève Wedge et David Cook organisent le colloque Let’s Talk Cancer, de même que des dizaines de visites guidées interactives de laboratoires de recherche en cancérologie à L’Hôpital d’Ottawa.

Parlons sciences a vu le jour à l’Université Western et est aujourd’hui offert aux quatre coins du pays, y compris à l’Université d’Ottawa depuis 1993 grâce à Barbara Vanderhyden, Ph.D., scientifique principale à L’Hôpital d’Ottawa et professeure émérite à l’université. La chercheuse a fondé le volet ottavien du programme afin d’aider les étudiants en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques à mieux communiquer et enseigner.

« En plus d’apprendre sur les sciences de la part d’universitaires fiables, les jeunes viennent idéalement à apprécier l’importance des sciences dans leur quotidien et sont peut-être même inspirés à faire carrière dans ce domaine », affirme Barbara.

Des bénévoles de Parlons science à Ottawa ont remporté 24 prix et distinctions nationaux au cours des dix dernières années, et le programme a été reconnu de nombreuses fois à l’échelle nationale pour son caractère interactif et personnalisé.

Les cellules souches présentent un immense potentiel, mais rares sont les traitements qui ont fait leurs preuves. Un grand nombre d’entreprises frauduleuses exploitent l’engouement du public pour le sujet en vendant des traitements sans fondement scientifique.

« Il y a beaucoup de chercheurs, surtout au Canada, qui font des merveilles avec les cellules souches, mais il faut savoir qu’il y a aussi des résultats scientifiques douteux, fait remarquer Marissa. Je crois qu’il nous appartient, comme experts en cellules souches, de bien informer la population sur ce que les cellules souches peuvent et ne peuvent pas faire. »

Comme enseignante, Marissa s’amuse et se perfectionne comme leader et planificatrice d’activités. Elle reçoit parfois aussi une leçon d’humilité : un élève peut poser une question qui fait réfléchir et qui jette sur ses recherches une lumière nouvelle.

« Ce que nous voulons faire comprendre aux jeunes, c’est que faire des sciences consiste davantage à poser les bonnes questions qu’à trouver toujours les bonnes réponses, fait-elle valoir. L’objectif est de susciter la réflexion, et non de leur dire quoi penser. »

En savoir plus sur Parlons sciences.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

Vos attestations de compétences en secourisme et en RCR sont-elles toujours valides? Voici une histoire qui vous incitera à les renouveler si ce n’est pas le cas!

Lorsqu’elle a compris qu’un bambin était en train de s’étouffer dans un Costco d’Ottawa, une infirmière de L’Hôpital d’Ottawa qui se trouvait sur les lieux a réalisé une RCR qui lui a sauvé la vie. Sauriez-vous quoi faire si une urgence similaire se présentait? Notre équipe du Service de traumatologie vous recommande quelques cours d’initiation au secourisme.

Vous voulez arrêter de fumer? Nous avons des ressources pour vous aider.

Vous envisagez d’arrêter de fumer? Vous n’avez pas besoin d’être un patient de l’Hôpital pour accéder aux programmes d’abandon du tabac de l’Hôpital afin d’obtenir de l’aide pour arrêter de fumer.

La COVID-19 transforme des vacances de rêve en véritable cauchemar

Les plages sous le soleil ont laissé place à la peur et à l’incertitude lorsque Jim et Joanne Booth, mariés depuis 57 ans, ont reçu un diagnostic de COVID 19 en mars 2020. Lisez le récit de leur retour à la maison pour recevoir des soins vitaux à L’Hôpital d’Ottawa.

Œuvre d’art originale de Simon Brascoupé et de Mairi Brascoupé présentée lors de la cérémonie de reconnaissance du territoire où sera érigé le nouveau projet Civic

Découvrez les histoires publiques et privées qui ont inspiré la série de quatre impressions récemment présentées sur le terrain du nouveau campus Civic.

Éducation sexuelle et « cabrés » en fauteuil roulant : un accès plus équitable à des soins de réadaptation pour les patients atteints de lésions de la moelle épinière

D’un endroit à l’autre, les patients atteints de lésions de la moelle épinière ne reçoivent pas les mêmes enseignements sur la sexualité, le maniement du fauteuil roulant et d’autres sujets. Au Centre de réadaptation de L’Hôpital d’Ottawa, un nouveau programme porte sur la santé sexuelle et d’autres aspects importants sur lesquels les patients veulent et doivent s’informer.

Donner à chaque patient atteint de la COVID-19 l’occasion de participer à la recherche

Depuis le début de la pandémie, Irene et Rebecca vont en première ligne pour expliquer tous les essais cliniques disponibles à ces patients et à leur famille, bien souvent pendant les premiers jours difficiles de l’hospitalisation.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.