Back to Top COVID-19 : Comment composer avec l’incertitude | L'Hôpital d'Ottawa Favourite Icon
 

COVID-19 : Comment composer avec l’incertitude

 
Road sign: winding road ahead

La vie semble particulièrement incertaine ces temps-ci, où tant de questions demeurent sans réponse.

  • Quand pourrai-je recevoir le vaccin contre la COVID-19? 
  • Le vaccin nous aidera-t-il à retrouver une vie normale? 
  • Quand vais-je pouvoir revoir mes proches en personne? 
  • Quand mettra-t-on fin aux restrictions?
  • À quoi la vie ressemblera-t-elle une fois le vaccin déployé?

L’incertitude n’est pas agréable

Il est tout à fait naturel de vouloir s’évader ou éviter le malaise de l’incertitude. La distraction peut aider (regarder une série sur Netflix, prendre un verre, aller marcher pour se rafraichir les idées, jouer à un jeu), mais toujours en modération. Exagérer dans les distractions ou recourir à des stratégies nocives pour éviter le sentiment d’incertitude n’est pas sans prix : cela nous empêche de rester en lien avec les personnes et les réalités qui comptent pour nous.

Comment composer avec l’incertitude

Nous pouvons apprendre à vivre avec l’incertitude au quotidien. Si une voiture ne peut pas rouler à vide ou avec du mauvais carburant, ne nous attendons pas à faire mieux. Que pouvez-vous donc faire pour aller de l’avant malgré l’incertitude continue?

Ce qui est à votre portée

Dressez une liste de choses dans votre vie que vous pouvez contrôler. Par exemple :

  • l’heure de votre réveil
  • ce que vous mangez
  • le temps que vous passez à écouter ou à lire les nouvelles.

En prenant conscience de ce que vous pouvez contrôler, vous serez mieux équipé pour faire face à l’incertitude.

Une femme et un enfant font des étirements au sol.

Nous pouvons apprendre à vivre avec l’incertitude au quotidien. Une voiture ne peut pas rouler à vide. Nous avons nous aussi besoin du « carburant » de bonnes habitudes pour fonctionner au quotidien.

De petits changements qui ont un vrai impact

  1. Voyez à votre bien-être dès le lever. Faites une promenade à l’extérieur, échangez en toute sécurité avec vos proches, dégustez votre déjeuner, méditez, chantez, prenez une douche, faites quelque chose d’amusant (oui, d’amusant!). Avant de faire face au monde (et à l’incertitude), donnez-vous les réserves dont vous avez besoin pour la journée. Le travail et la famille prennent trop de place? Faites votre activité de bien-être à un autre moment ou pendant que vous réalisez une autre activité (écouter de la musique en se rendant au travail, appeler quelqu’un pendant une promenade).
  2. Fixez des limites. Sans vous déconnecter complètement, vous pouvez limiter le temps et l’énergie que vous accordez à la COVID-19, qu’il s’agisse d’en parler ou de s’informer. Remarquez quand cela vous convient de vous informer et quand cela ne vous convient pas.
  3. Reconnaissez les sources de stress que vous pouvez contrôler. Cela fait, tentez de résoudre le problème. Par exemple, si vos proches vous manquent, trouvez des façons de rester en contact avec eux quand même.
  4. Prévoyez quelque chose d’agréable. Planifiez des activités que vous ferez avec vos proches une fois les restrictions levées. Avoir hâte à quelque chose peut aider, même si on ne sait pas quand cette chose se produira.

Comment gérer l’incertitude lorsqu’on n’a pas le contrôle

Si nous pouvons contrôler certaines choses, beaucoup restent en dehors de notre portée. Malgré cela, vous pouvez trouver des façons de vous aider et d’aider les autres à gérer l’incertitude qui découle de l’incontrôlable.

Reconnaissez que c’est difficile

Prenez note de pensées et de sentiments difficiles comme « J’en ai assez » et « Je veux que les choses reviennent à la normale » ou encore « Je me sens inquiet / effrayé / seul / triste / en colère ».

Femme tenant un chat

Reconnaissez que c’est difficile afin de vous aider et d’aider les autres à gérer l’incertitude découlant du manque de contrôle.

Rappelez-vous que reconnaître ses pensées et ses sentiments ne signifie pas les aimer. C’est simplement accepter leur présence. Il est normal et permis d’avoir peur, de se sentir seul, etc. Souvent, repousser nos sentiments et nos pensées peut les intensifier. Essayez pendant un moment de ne pas penser à un éléphant bleu…

À quoi ne devez-vous pas penser?

Un éléphant bleu

Soyez indulgent envers vous-même

Nous avons tous besoin d’un peu plus d’empathie et de gentillesse ces jours-ci. La plupart des gens sont plus durs envers soi qu’envers autrui. Voici des façons de pratiquer l’autocompassion.

  1. Faites une autoévaluation de votre état d’âme. Se demander ce dont on a besoin pour bien se sentir maintenant est une façon d’être bon envers soi.
  2. Dites-vous quelque chose de gentil. Se dire que la situation est difficile et se donner la permission d’être patient avec soi-même peut être réconfortant.
  3. Posez un geste bienveillant. Serrez-vous les mains ou les épaules. Le toucher, même sous la forme d’une accolade à soi-même, est un geste universel de bienveillance.

Vous pourriez être un peu mal à l’aise avec l’autocompassion au début. Mais avec un peu de pratique, vous l’apprivoiserez comme outil pour mieux traverser des moments difficiles.

Trouvez la joie

Reconnaître des sentiments difficiles nous permet aussi de ressentir des choses agréables.  Même – et spécialement – dans les périodes difficiles de la vie, on peut accueillir la joie. On ne peut-être pas toujours amoindrir les grands défis de la vie, mais on peut tout de même percevoir les sources de bonheur, aussi petites soient-elles.

Voici une réflexion quotidienne utile :

Je ressens de la joie quand…

… le soleil entre par ma fenêtre le matin.

… le voisin me sourit.

… j’entends la neige craquer sous mes bottes.

… je tiens une tasse de thé chaud.

Quand demander de l’aide

Le soutien peut bénéficier à tous. Parler à des amis et à des membres de la famille peut faire du bien. Il peut aussi être bon de recourir à un psychologue ou à un thérapeute. Le soutien est offert de bien des manières et il ne faut pas attendre une situation de crise pour en profiter. Apprendre de nouvelles façons d’être résilient peut réduire le stress et le sentiment d’être dépassé.

Un homme porte des écouteurs branchés à son cellulaire.
Obtenir du soutien de ses proches, d’un psychologue ou d’un thérapeute peut aider à gérer les sentiments d’incertitude.

Ressources

« Même une vie heureuse a sa part d’obscurité. Le bonheur perdrait son sens s’il n’était pas équilibré par la tristesse. Il est beaucoup mieux de prendre les choses comme elles viennent, avec patience et sérénité. »

  • Carl Jung
 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Autres ressources utiles

« Mes infirmières m’ont rassuré et renforcé ma confiance » : un hommage aux infirmières durant la pandémie de COVID-19

À l’occasion de la Semaine des soins infirmiers de 2021, la Debra Bournes, Ph.D., chef des soins infirmiers et vice-présidente du Programme régional de cancérologie à L’Hôpital d’Ottawa, transmet les sincères remerciements des patients et témoigne sa gratitude envers les infirmières pour leurs soins empreints de compassion durant la pandémie de COVID 19.

Des solutions virtuelles pour prendre soin avec compassion des victimes d’agression sexuelle ou d’abus par un partenaire

L’Hôpital d’Ottawa offre des soins sécuritaires et empreints de compassion aux victimes d’agression sexuelle ou d’abus par un partenaire au moyen d’outils virtuels pendant la pandémie. Accéder aux soins est simple. Il suffit d’envoyer un courriel, d’appeler ou d’accéder à une plateforme de clavardage vidéo sécurisée.

Semaine nationale de l’action bénévole 2021 : nos bénévoles à l’honneur

L’Hôpital d’Ottawa est fier de souligner la Semaine nationale de l’action bénévole 2021 en mettant à l’honneur quelques bénévoles qui se sont démarqués durant la pandémie de COVID-19.

Donner à chaque patient atteint de la COVID-19 l’occasion de participer à la recherche

Depuis le début de la pandémie, Irene et Rebecca vont en première ligne pour expliquer tous les essais cliniques disponibles à ces patients et à leur famille, bien souvent pendant les premiers jours difficiles de l’hospitalisation.

Chronologie de la COVID-19 : survol de l’année

Lorsque la COVID-19 a frappé à Ottawa, L’Hôpital d’Ottawa était prêt à intervenir. Explorez la chronologie de la COVID-19 pour voir comment les équipes de soins, les chercheurs et les membres de la collectivité se sont serré les coudes au cours de la dernière année.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.