Back to Top Chiens de thérapie : des amis poilus aux bienfaits prouvés par la science - L'Hôpital d'Ottawa
 

Chiens de thérapie : des amis poilus aux bienfaits prouvés par la science

 
Volunteer Michael Bourassa and his dog, Copain

Copain, six ans, entre dans L’Hôpital d’Ottawa en agitant la queue. Un autre chien se laisserait facilement distraire par les nombreuses sources de stimulation visuelle, sonore et olfactive, or Copain est un chien de thérapie bénévole. Avec ses autres collègues canins, il assure un service important : aider le personnel, les patients et les visiteurs à composer avec les difficultés de l’hospitalisation.

Le guide de Copain, Michel, est bénévole au sein du Programme de zoothérapie de L’Hôpital d’Ottawa depuis 10 ans, dont quatre aux côtés de Copain.

La carte d’identité et la veste de bénévole de Copain
Copain est un chien de thérapie bénévole et dévoué à L’Hôpital d’Ottawa depuis 2017.

« Copain est très décontracté, affirme Michel. Il attend toujours que la personne fasse le premier pas. Et, dès que le contact est établi, il s’empresse de se lover contre elle. Les gens disent que c’est sa façon de donner un câlin. »Un câlin aux vertus insoupçonnées. À en croire la recherche, les interactions avec un chien de thérapie spécialement entraîné procurent beaucoup de bienfaits au cerveau et au corps des patients et du personnel.

Joanne Rodgers et son chien, Happy
Happy a suivi un entraînement poussé pour intégrer l’équipe de l’hôpital qui fournit des soins empreints de compassion aux patients.

Comme l’explique Christine Boisvert, Ph. D., psychologue clinicienne et de la réadaptation à L’Hôpital d’Ottawa, les interactions avec un chien de thérapie comme Copain apportent de nombreux bienfaits :

  • Elles apaisent le système nerveux. Le rythme des battements du cœur et de la respiration ralentit. Les patients et le personnel rapportent un sentiment de bien-être généralisé.
  • Elles favorisent la santé physique et émotionnelle. Flatter un animal quand on a une blessure à la main peut aider à retrouver l’usage de sa main. Toiletter un animal peut donner du sens à la vie d’une personne déprimée.
  • Elles libèrent des hormones du bien-être (chez l’animal comme chez l’humain). Des taux élevés de dopamine et d’ocytocine renforcent le sentiment de réconfort et d’appartenance. Dix à 15 minutes d’interaction suffisent pour libérer ces hormones.
  • Elles aident à humaniser l’environnement hospitalier. Le patient peut parfois se sentir petit et insignifiant à l’hôpital. La présence d’un chien de thérapie renforce l’image de l’hôpital comme un lieu d’aide et de compassion.
  • Elles améliorent les rapports entre le patient et son équipe de soins. Les patients et le personnel qui interagissent avec des animaux de thérapie expriment en gagner une aisance à communiquer.
  • Elles diminuent la solitude. Un long séjour peut entraîner un sentiment de solitude chez certains patients. La visite d’un chien de thérapie et de son guide apporte de la gaieté à l’attente, casse la routine et offre une compagnie sincère.
Donna Bowers et sa chienne, Sandy
Sandy fait partie des nombreux chiens de thérapie qui soutiennent les patients, le personnel et les visiteurs de L’Hôpital d’Ottawa.

Même si tous les chiens ne sont pas Copain, Happy et Sandy (ci-dessous) – spécialement entraînés –, vous aussi vous pouvez profiter des mêmes bienfaits auprès d’un chien ou d’un autre animal amical dans votre vie. Ainsi, la prochaine fois que vous flatterez un animal et que vous vous surpreniez à sourire ou à vous détendre, cela ne sera pas seulement à cause de son joli museau – mais bien une réalité scientifique!

À propos du Programme de zoothérapie de L’Hôpital d’Ottawa

Les Ressources bénévoles de L’Hôpital d’Ottawa entretiennent un partenariat durable avec Ambulance Saint-Jean, Ottawa Therapy Dogs et la Société de protection des animaux d’Ottawa. Ces organismes fournissent des formations et attestations aux animaux de thérapie, qui doivent quand même, avec leurs guides, faire partie des bénévoles de l’hôpital. Toutes les demandes et questions liées au Programme de zoothérapie à l’hôpital doivent être acheminées aux Ressources bénévoles.

 
Comment

Dites-nous ce que vous avez pensé de cet article!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*


Autres ressources utiles

Comment parler à votre médecin : conseils pour faciliter un peu les conversations difficiles

Êtes-vous parfois nerveux à l’idée de parler à votre médecin? Un médecin et une patiente conseillère de L’Hôpital d’Ottawa donnent des conseils pratiques pour faciliter un peu les conversations difficiles.

« Lorsque je me sentais seul, elles étaient là » : Célébrons la Semaine des soins infirmiers

En cette troisième année de la pandémie, des patients et des familles montrent par des témoignages personnels touchants de quelles manières les infirmières ont répondu à l’appel.

« L’Hôpital m’a accordé mon congé, mais  j’y suis revenu faire du bénévolat » : Maxime, ancien patient et codeur bénévole

Maxime Bilodeau a décidé de devenir bénévole à L’Hôpital d’Ottawa après un séjour aux unités de soins de courte durée et de réadaptation. « J’ai beaucoup remarqué le travail des bénévoles. Après ma sortie de l’hôpital, dès que j’ai pu le faire, j’y suis devenu bénévole », explique Maxime.

Bao-Anh fait du bénévolat en dépit de son horaire chargé d’infirmière

Bao-Anh Vuong fait du bénévolat à L’Hôpital d’Ottawa depuis qu’elle était élève à l’école secondaire. Aujourd’hui, dix ans plus tard, elle est infirmière à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa et membre d’une équipe de bénévoles chevronnés qui recrutent et intègrent les nouveaux bénévoles.

Jocelyn inspire la relève dans le cadre du programme de stage virtuel pour les élèves du secondaire

Le bénévolat est une seconde nature chez Jocelyn Niven. « Je tiens ça de mon éducation. Je viens d’une famille de militaires. Aussi longtemps que je me souvienne, ma mère nous inscrivait partout pour faire du bénévolat. » Aujourd’hui devenue militaire, Jocelyn est la modératrice du programme de stage étudiant à l’Hôpital.

Joanna aide les patients en chimiothérapie à naviguer des lendemains incertains

Un diagnostic de cancer est un événement bouleversant qui annonce des lendemains incertains. Chaque combat contre le cancer est unique. Or, la majorité des patients qui commencent une chimiothérapie ont en commun le fait qu’ils ne savent pas comment le traitement se déroulera. C’est là qu’interviennent la bénévole Joanna Reid et le programme d’information sur la chimiothérapie (Chemo Teach) à L’Hôpital d’Ottawa.

Le présent site Web fournit des renseignements généraux. Certains renseignements pourraient ne pas vous convenir. Consultez votre médecin, une infirmière ou un autre professionnel de la santé pour savoir si ces renseignements s’appliquent à votre situation. On pourra aussi répondre à vos questions et préoccupations.