Favourite Icon
 

new-floor-f

Un nouvel étage à l’Institut de l’œil

Notre nouvel étage est plein de promesses. Il va nous permettre d’améliorer notre connaissance de la cécité liée au vieillissement et accroître nos possibilités de trouver un remède.

Avec la génération du baby-boom approchant l’âge de la retraite, il est de plus en plus important d’améliorer notre connaissance de la perte de la vue liée à l’âge et de trouver un remède. Le nouvel étage dans la tour 3 au-dessus de l’Institut de l’œil offrira ce qu’il y a de mieux en technologies et en ressources.

Affilié à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, l’Institut de l’œil de l’Université d’Ottawa jouit déjà d’une réputation internationale dans le domaine de la recherche sur la vue. Il fait régulièrement d’importantes découvertes. Le nouveau centre rehaussera la réputation de l’Institut en tant que leader de la recherche sur la vue. Il offrira aussi de l’espoir aux millions de personnes atteintes d’une forme quelconque de cécité liée au vieillissement.

Le moment ne pouvait être mieux choisi.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie qui brouille la vision centrale, essentielle pour les activités comme la lecture, la couture et la conduite automobile où il est nécessaire de regarder en avant de soi. C’est donc une maladie qui peut nuire énormément à la qualité de vie.

eye7-eLa DMLA touche la partie de l’œil appelée « macula » qui nous permet de voir les petits détails. Dans certains cas, la DMLA progresse tellement lentement que les personnes ne remarquent pas que leur vue a changé. Dans d’autres cas, la maladie est si avancée qu’elle peut entraîner une perte de la vue dans les deux yeux. La dégénérescence maculaire liée à l’âge est l’une des principales causes de la perte de la vue chez les Canadiens de plus de 60 ans.

La bonne nouvelle, c’est que nous avons à Ottawa un des programmes de recherche sur la vue les plus réputés et les plus avancés de la planète. En nous faisant un devoir de toujours combiner recherche et soins cliniques, nous avons réussi à donner aux résidants de notre région accès, dans le cadre d’essais cliniques, aux meilleurs soins de la vue disponibles bien avant que ces soins ne soient offerts dans le reste du Canada.

Nous sommes très fiers de nos réalisations et des félicitations reçues, mais nous avons hâte de passer à la prochaine étape. Nos succès récents augurent très bien pour l’avenir de la recherche sur la vue.

Au cours des dix premières années, les recherches de l’Institut ont porté sur la cornée. La cornée est la fenêtre transparente qui couvre l’extérieur du globe oculaire. La technologie novatrice au laser excimère, qui utilise un rayon froid de lumière invisible pour donner une nouvelle forme précise à la cornée, permet de nombreux nouveaux traitements. Par exemple, au lieu de mettre un verre de contact sur l’œil, nous sommes en fait capables de modifier la cornée de manière à imiter les lunettes bifocales. Ou encore, nous pouvons enlever une cicatrice sur la cornée et éviter le besoin pour le patient de subir une transplantation de cornée.

Nous avons appris à créer une cornée artificielle, et nous commençons à les utiliser pour les yeux humains. Cette percée est une vraie bénédiction à la fois pour les patients et les médecins car il n’y a tout simplement pas suffisamment de cornées pour répondre à la demande. L’agrandissement de nos installations nous permettra, au cours de la prochaine décennie, de nous concentrer sur les maladies associées au vieillissement.
eyelabsNos recherches porteront entre autres sur le glaucome, une maladie qui s’attaque au nerf optique et qui cause une perte de la vue. Nous étudierons la dégénérescence maculaire, un problème qui brouille la vision trouble et cause des distorsions au milieu du champ de vision.

Il n’existe pas de remède pour l’instant. Or, de nouveaux traitements très prometteurs faciliteront grandement la vie de notre population vieillissante.

Par ailleurs, notre découverte du gène responsable de la maladie de Wagner, une maladie héréditaire de la rétine qui cause la cécité, nous donne bon espoir qu’en poursuivant les recherches génétiques, nous obtiendrons des résultats remarquables.

Les nouveaux traitements amélioreront considérablement la qualité de vie des nombreuses personnes âgées en santé dont la vue est limitée ou qui ne voient plus du tout.

Centre de recherche sur la cécité liée au vieillissement

Une fois complété, le nouvel étage, baptisé Centre de recherche sur la cécité liée au vieillissement, couvrira une surface de 29 000 pieds carrés. Une section de 13 000 pieds carrés a été terminée en mars 2007. La construction se poursuit et d’ici le début de novembre, la moitié de l’étage sera complétée et servira à la recherche clinique.

Nos chercheurs-cliniciens auront l’espace et l’équipement dont ils ont besoin pour mener des essais cliniques et utiliser de nouvelles techniques de recherche dans un établissement de pointe.

Nous avons déjà amassé plus de 6 millions de dollars, mais il nous en faut 8 millions de plus pour la construction de nouveaux laboratoires pour nos scientifiques et pour nous aider à recruter trois nouveaux chercheurs.

Un nouveau laser, l’IntraLase, vient d’être installé. Il servira non seulement aux traitements de correction de la vue à l’aide du laser excimère, mais aussi aux nouvelles chirurgies lamellaires de la cornée et aux transplantations de cornée. La précision et l’exactitude du nouveau laser IntraLase marquent l’arrivée d’une toute nouvelle approche aux chirurgies à l’avant de l’œil.

Nous nous réjouissons des progrès réalisés grâce à la générosité de nos partenaires du secteur privé et de la collectivité qui appuient l’Institut de l’œil depuis sa création il y a plus de 20 ans. Les prochaines années seront marquées par la construction du reste de l’étage et par l’expansion de notre personnel de recherche et de nos projets. Grâce aux recherches scientifiques et aux essais cliniques, nous arrivons à faire profiter directement la population de la région d’Ottawa-Carleton de nos découvertes et des soins de la vue les plus avancés et récents.